Vers un meilleur apprentissage du suisse-allemand

Le suisse-allemand ne sera peut-être plus un casse-tête pour les jeunes neuchâtelois à l’avenir ...
Vers un meilleur apprentissage du suisse-allemand

Le suisse-allemand ne sera peut-être plus un casse-tête pour les jeunes neuchâtelois à l’avenir. Le Grand Conseil a accepté mercredi un postulat pour une sensibilisation à la langue en fin de scolarité

Le suisse-allemand pourrait bien faire son entrée dans les écoles neuchâteloises. Le suisse-allemand pourrait bien faire son entrée dans les écoles neuchâteloises.

L’enseignement du suisse-allemand pourrait bien figurer au programme scolaire neuchâtelois. Le Grand Conseil a largement accepté mercredi matin un postulat qui demande une sensibilisation à la langue en fin de scolarité. Le gouvernement, qui soutenait le texte, devra désormais apporter des solutions.

Le député POP Daniel Ziegler, auteur du texte, propose la possibilité de suivre, durant un semestre, une leçon hebdomadaire de compréhension du suisse-allemand. Son texte vise aussi à favoriser les séjours linguistiques outre-Sarine.

La conseillère d’Etat en charge de l’éducation Monika Maire-Hefti, elle-même d’origine zurichoise, est sensible à la problématique. « Pour Neuchâtel, il y a véritablement un intérêt d’avoir une initiation au suisse-allemand. Nous sommes un canton exportateur à la frontière linguistique. Savoir le suisse-allemand est un atout considérable dans la vie professionnelle ». /aju

Entretien avec Monika Maire-Hefti


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus