Le Grand Conseil veut limiter les pesticides de synthèse

Le Parlement neuchâtelois s’est prononcé mercredi pour une diminution drastique des produits ...
Le Grand Conseil veut limiter les pesticides de synthèse

Le Parlement neuchâtelois s’est prononcé mercredi pour une diminution drastique des produits chimiques dans l’agriculture cantonale. Le Canton devra désormais proposer des solutions pour réduire l’utilisation des pesticides de synthèse

Moins de pesticides de synthèse sur le sol neuchâtelois. Le Grand Conseil neuchâtelois s’est prononcé mercredi par 66 voix contre 21 en faveur d’une réduction de l’usage des pesticides de synthèse dans le canton. Vingt-sept députés issus en majorité de la droite se sont abstenus.

Par un postulat, le législatif cantonal demande au Conseil d’État d'étudier l'opportunité de prendre des mesures ou de légiférer sur l’interdiction d’utiliser des pesticides de synthèse. Le Gouvernement devra aussi établir un rapport sur les résultats de son étude, accompagné de propositions.

Selon la députée verte Céline Vara, à l’origine du texte, la santé des citoyens est en jeu. Elle ajoute que le nombre moyen de traitements chimiques que reçoit une pomme non bio en Suisse est de 36 ! La réduction massive, voire l’interdiction de ces produits est d’une importance capitale pour le bien-être des citoyens, selon elle.

Du côté du PLR, l’interdiction était jugée trop restrictive. Selon le parti de droite, les produits importés contiennent bien plus de produits chimiques que les suisses. Avec la mesure voulue par le Grand Conseil, les terres seront plus saines, mais le défi de santé ne sera pas réglé, d'où les nombreuses abstentions lors du vote. 

Le Conseil d’Etat s’est opposé au postulat. Selon le Gouvernement, la compétence d’interdire l’usage des pesticides est purement fédérale. Il souhaitait donc seulement limiter les produits phytosanitaires. Une demande qui a été rejetée par le Grand Conseil. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus