Un sursis pour la HEM

Le Grand Conseil a accepté le projet de la Commission législative qui demande un moratoire ...
Un sursis pour la HEM

Le Grand Conseil a accepté le projet de la Commission législative qui demande un moratoire sur la fermeture de la Haute école de musique jusqu’au vote du peuple sur l’initiative à ce propos

Le Grand Conseil a accepté un moratoire sur la fermeture de la Haute école de musique (HEM). Le Grand Conseil a accepté un moratoire sur la fermeture de la Haute école de musique (HEM).

Le Grand Conseil au secours de l’antenne neuchâteloise de la Haute école de musique. Les députés ont accepté mardi soir un projet de loi de la Commission législative qui demande un moratoire sur la fermeture de la Haute école de musique. PLR et UDC n’ont pas fait le poids face à l’union de la gauche et du groupe vert-libéral-PDC. Le texte a été accepté par 54 voix contre 46 et 15 abstentions.


En attendant le vote du peuple

Le site neuchâtelois de la HEM n’est pas sauvé pour autant. « Le projet de loi ne demande pas le maintien de la Haute école de musique, mais simplement d’attendre que le peuple se soit prononcé avant de prendre des mesures, » a rappelé la gauche par l’intermédiaire de Fabien Fivaz (Pop-Verts-Sol). C’est donc le vote sur l’initiative populaire qui demande le maintien d’un enseignement professionnel de la musique dans le canton qui décidera de l’avenir de l’institution. Un texte qui devrait être soumis au peuple en 2019.

Le groupe PLR estime que le projet de loi accepté mardi ne fait que repousser le problème et oblige à reporter la fermeture l’antenne neuchâteloise de la Haute école de musique à 2022. Béatrice Haeny a relevé que « le Parlement ne pouvait pas demander au gouvernement de faire des économies pour le désavouer ensuite quand il prend des décisions dans ce sens ». À cela, Monika Maire Hefti a répondu que les économies qui ne seront pas réalisées avec la fermeture de la HEM devront être reportées ailleurs dans le département de l’éducation.


Convention mise en cause

Les débats ont également abordé la question de la convention qui lie les cantons de Neuchâtel et de Genève à propos de la Haute école de musique. Une convention jugée très désavantageuse par le Conseil d’État, ce qui a étonné la gauche, cette question n’ayant jamais été soulevée jusqu’aux discussions autour de la fermeture du site. /mwi

En charge du dossier, la conseillère d’Etat Monika Maire Hefti voulait avancer dans le dossier.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus