Chancellerie : le Conseil d’État derrière le groupe de confiance

Le Grand Conseil neuchâtelois veut savoir qui est à l’origine des fuites concernant les dysfonctionnements ...
Chancellerie : le Conseil d’État derrière le groupe de confiance

Le Grand Conseil neuchâtelois veut savoir qui est à l’origine des fuites concernant les dysfonctionnements au sein de la Chancellerie cantonale. Le Conseil d’État assure que le groupe de confiance a toujours son soutien

Le Grand Conseil neuchâtelois suspecte une taupe. Mercredi, le Conseil d’État a été interpellé au sujet des fuites concernant les dysfonctionnements au sein de la Chancellerie. Selon la députée socialiste Sylvie Fassbind-Ducommun, la confidentialité du groupe de confiance n’aurait pas été respectée.

De son côté, le Conseil d’État assure que la confiance accordée n’est pas entamée et il est convaincu de la bonne foi de ce groupe. Le ministre de la Justice, Alain Ribaux, a ajouté qu’il ne le suspecte pas d’avoir donné des éléments directement à la presse. Ce dernier rappelle toutefois que certains problèmes et la situation générale étaient déjà connus et qu’une médiation a été mise en place. Alain Ribaux déplore néanmoins ces fuites, qu'il juge : « contre-productives ».

L’exécutif répondait à cette question en lien direct avec l’enquête révélée récemment par RTN. /tho

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus