Le PS veut modifier la loi pour faire passer le budget

Le Parti socialiste veut changer temporairement les règles du jeu pour sortir de l’ornière ...
Le PS veut modifier la loi pour faire passer le budget

Le Parti socialiste neuchâtelois veut changer temporairement les règles du jeu pour sortir de l’ornière. Il va déposer deux projets de modification de loi pour permettre au canton de se doter d’un budget. Une manière de prendre ses responsabilités à la suite de son rejet mardi par le Grand Conseil

Le Grand Conseil neuchâtelois a refusé le budget 2018. Le Grand Conseil neuchâtelois a refusé le budget 2018.

Le consensus à la neuchâteloise est mort mercredi à l’aube avec le refus du budget 2018 par le Grand Conseil. C’est le constat que dresse le parti socialiste. Pour sortir le canton de la crise, il propose deux modifications transitoires et urgentes de la Loi sur les finances de l'Etat et des communes. Il espère, par ce biais, pouvoir doter le canton d’un budget 2018 le plus rapidement possible. L’une de ces modifications donnerait, en l’absence de budget, le pouvoir au Conseil d’Etat d’appliquer le sien, hors investissements. Cette mesure devrait inciter les députés à trouver des compromis coûte que coûte. La deuxième modification consiste à augmenter le seuil à partir duquel le vote à la majorité qualifiée des 3/5e est activé. Il est fixé aujourd’hui à 1% des revenus déterminants de l’Etat. L’idée est de le faire passer à 3% en 2018 et à 2% en 2019 et 2020, soit jusqu’à l’assainissement des finances prévu par le Conseil d’Etat. Si cette modification était en vigueur, le budget 2018 aurait été accepté cette semaine puisque la limite du frein à l’endettement se monterait à 57 millions de francs de déficit et plus à 19 millions.

Ces deux propositions de modification de loi vont très rapidement être soumises à la Commission financière pour que le Parlement puisse se prononcer dans les plus brefs délais. La prochaine session du Grand Conseil se tient les 23 et 24 janvier.

 

« Changer les règles après avoir perdu »

De son côté, le parti libéral-radical neuchâtelois condamne cette façon d'agir. Selon le président du groupe au Grand Conseil, Olivier Lebeau, les socialistes essaient d'adapter la loi à leur convenance. Il est, selon lui, : « surprenant de modifier les règles du jeu après avoir perdu la partie. » Le PLR avance aussi que la proposition des socialistes ne repose sur aucun fondement, mais, de plus, elle revient sur une décision entérinée

Concernant 2018, le parti de droite annonce aussi qu'il proposera des solutions lors des sessions de janvier et de février concernant notamment le mécanisme du frein à l'endettement. Le PLR souhaite d'ailleurs une implication plus grande de la population.

Quant à l'UDC, elle indique dans un communiqué qu'elle s'opposera « à ce tour de passe-passe visant uniquement à éviter de prendre les décisions qui s’imposent depuis si longtemps » mais ne propose aucune solution. /sma-jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus