Le budget 2018 dans l’impasse

Au moment de la pause, le Grand Conseil neuchâtelois semble bien loin du compromis qui permettrait ...
Le budget 2018 dans l’impasse

Au moment de la pause, le Grand Conseil neuchâtelois semble bien loin du compromis qui permettrait au Canton de commencer l’année 2018 avec un budget

Deux semaines de réflexion entre le vote d’entrée en matière et les débats proprement dits et près de deux heures de suspension de séance n’ont pas suffi : le Grand Conseil neuchâtelois ne semble pas prêt à voter le budget 2018 de l’État.

Au moment de la pause, gauche et droite n’ont pas encore trouvé de compromis. Le parti socialiste a indiqué être prêt à accepter des mesures à hauteur d’un peu moins de cinq millions de francs, mesures dont certaines vont à l’encontre des idéaux qu’il défend. Des efforts que le PLR « ne renie pas », selon les termes du député Olivier Lebeau, mais qui sont insuffisants aux yeux de la droite.

 

Amendements à la pelle

Au moment de la pause, certains amendements avaient déjà été votés. Le parlement a notamment accepté de revoir à la hausse la subvention à la lecture publique (+50'000 francs), mais a refusé de faire de même pour le Bibliobus.

Les élus ont également refusé d’augmenter le nombre d’élèves dans les classes des cycles 1 et 2 dès la rentrée 2018. La mesure reste toutefois au menu du plan de législature du Conseil d’État. Ils ont en revanche accepté d’allouer 500'000 francs au renforcement du soutien à l’intégration des élèves à besoins particuliers.

L'acceptation ou le refus des amendements ne présage pas du sort du budget lui-même. Avec un déficit prévu qui ne respecte pas le frein à l'endettement, celui-ci doit trouver grâce auprès des trois cinquièmes des députés.

Interrompue pour la pause à 18h, la séance reprend à 19h30. /mwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus