HEM : les explications du Conseil d’État

Le gouvernement neuchâtelois s’est expliqué mardi devant le Grand Conseil sur sa décision de ...
HEM : les explications du Conseil d’État

Le gouvernement neuchâtelois s’est expliqué mardi devant le Grand Conseil sur sa décision de fermer le site de Neuchâtel de la Haute école de musique

La Haute École de musique à Neuchâtel La Haute École de musique à Neuchâtel.

Monika Maire-Hefti a défendu devant le Grand Conseil la décision du Conseil d’État de fermer le site de Neuchâtel de la Haute école de musique. Elle a répondu à des interpellations du PLR et du groupe vert’libéral-PDC avec de nombreux chiffres.

Si 781 étudiants ont fréquenté la HEM à Neuchâtel depuis la rentrée 2010-2011, seuls 31 étaient neuchâtelois. Des Neuchâtelois qui ne sont plus que deux parmi les effectifs depuis 2015.

Or, cette école représente un coût important pour le canton. Chaque étudiant, neuchâtelois ou non, représente un financement de 21'981 francs par année, tandis que l’écolage est fixé à 1'000 francs. Le coût des étudiants suisses non-neuchâtelois est par ailleurs financé par son canton d’origine. Celui des étudiants étrangers, en revanche, n’est pas financé par son pays.

 

Deux étudiants neuchâtelois

Actuellement, de nombreux Neuchâtelois étudient la musique en dehors du canton. Il en coûte entre 12'926 francs au sein de la HES-SO et 25'852 francs dans une autre haute école. Selon la conseillère d’État, les deux Neuchâtelois inscrit à la HEM coûteraient donc au maximum 51'400 francs au canton, contre 2,2 millions de francs aujourd’hui.

Monika Maire-Hefti ne minimise pas l’importance de la décision mais en tempère les effets, rappelant que le conservatoire forme beaucoup plus de musiciens : « Fermer l’antenne neuchâteloise de la HEM est assurément un appauvrissement mais dire que la culture musicale meurt dans notre canton est un leurre. Notre canton continuera de dispenser une formation musicale et préprofessionnelle de qualité, » a-t-elle martelé.

Le Conseil d’État a également étudié la variante d’une réduction de moitié du nombre d’étudiants mais les charges auraient alors augmenté après 2021. /mwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus