Soins infirmiers : filière en Ecole supérieure aussi pour les Neuchâtelois

Dès la rentrée 2018, les Neuchâtelois auront accès à une formation en soins infirmiers délivrée ...
Soins infirmiers : filière en Ecole supérieure aussi pour les Neuchâtelois

Dès la rentrée 2018, les Neuchâtelois auront accès à une formation en soins infirmiers délivrée en Ecole supérieure à St-Imier. Le Grand Conseil neuchâtelois a validé le principe à l'unanimité

Les cas soumis aux infirmiers et infirmières sont toujours plus complexes. Les Neuchâtelois pourront désormais se former aussi en Ecole supérieure en matière de soins infirmiers. (Photo d'archives).

Assurer la relève : ces trois mots résument l’épais dossier sur lequel s’est penché le Grand Conseil neuchâtelois mardi. Le parlement a validé à l’unanimité l’accès pour des étudiants neuchâtelois à une filière en soins infirmiers, en Ecole supérieure (ES), plus précisément au Centre de formation professionnelle Berne francophone (CEFF) à St-Imier, dès la rentrée d’août 2018. Le coût de cette formation hors canton est évalué à 288'000 francs par volée de 18 élèves. Jusque-là, les Neuchâtelois pouvaient uniquement suivre une filière en Haute école spécialisée. Cette formation s’ajoute à celle en éducation sociale, également en Ecole supérieure, mise en place en janvier dernier à l’Ecole Pierre-Coullery à La Chaux-de-Fonds.

L’objectif est de favoriser la relève dans les domaines de la santé et du social où le personnel manque d’ores et déjà et où les besoins vont en s’accroissant en raison du vieillissement de la population. Le besoin immédiat en personnel est évalué dans ce rapport à un peu plus de 570 emplois plein-temps (EPT), principalement chez les infirmiers, chez les assistants en soins et santé communautaire et chez les aides en soins et accompagnement.

L’étude relève que les compétences acquises notamment dans le cadre de CFC ne sont pas suffisamment valorisées. Il est également suggéré que les employeurs se rendent plus attractifs pour s’assurer la fidélité de leurs employés sur le long terme.

Les hôpitaux et le Centre neuchâtelois de psychiatrie ont toutefois fait savoir qu’ils n’engageraient pas des personnes formées au niveau ES en soins infirmiers. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus