Le dossier électronique du patient se concrétise

Le Grand conseil neuchâtelois a accepté de débloquer trois millions de francs pour mettre en ...
Le dossier électronique du patient se concrétise

Le Grand conseil neuchâtelois a accepté de débloquer trois millions de francs pour mettre en place un dossier électronique du patient mardi. Objectif : faciliter l’échange d’informations à l’heure où de plus en plus d’acteurs suivent un même patient

 Le conseiller d'Etat en charge de la santé, Laurent Kurth, (à l'écran) a défendu la nécessité d'investir dans la création d'un dossier électronique du patient.

L’informatisation des données médicales va de l’avant. Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté par 102 voix contre 6 de débloquer un crédit de trois millions de francs mardi pour mettre en route le dossier électronique du patient. Cet investissement s’étalera sur trois ans. L’objectif est de faciliter l’échange d’informations entre les diverses institutions œuvrant dans le domaine sanitaire neuchâtelois, à l’heure où la mobilité du patient va en s’accroissant entre les différents acteurs. Ce passage au numérique est lié à de nouvelles exigences sur le plan fédéral. Les hôpitaux et les maisons de naissance ont ainsi jusqu’à 2020 pour se doter du dossier électronique du patient. Deux ans de plus sont accordés aux établissements médicaux sociaux ; un délai à tenir sous peine de ne plus pouvoir facturer à charge de l’assurance maladie obligatoire, de ne plus figurer sur la liste hospitalière mais aussi, pour le Canton de Neuchâtel, de ne pas obtenir de subventions fédérales. L’Etat pourrait en effet bénéficier d’un soutien maximal de la Confédération de 850'000 francs.

Le dossier électronique du patient doit permettre de renforcer la qualité, la sécurité et l’efficience de la prise en charge des patients, selon le Conseil d’Etat. Pour le mettre en place, le gouvernement propose l’instauration de deux entités. La première consiste en une communauté de référence appelée à exploiter le dossier électronique du patient qui réunirait les professionnels de la santé et leurs institutions. La seconde est une structure porteuse, dont l’Etat serait membre, et qui gèrerait l’aspect informatique de ce dossier.

Une prestation de plus pour le Guichet unique

Le Conseil d’Etat neuchâtelois à l’intention de rendre ce document accessible aux patients par le biais du Guichet unique, le patient étant amené à avoir le contrôle des données qui le concerne. Il est en revanche exclu, dans ce projet, de donner accès à ces informations aux assureurs.

Pour l’heure, le gouvernement imagine mettre en place cette plateforme uniquement à l’échelle cantonale, mais n’exclut pas des partenariats avec d’autres cantons à l’avenir. Le financement doit par ailleurs passer par un financement mixte public-privé, selon le Conseil d’Etat. Le conseiller d’Etat en charge de la santé a indiqué mardi que la mobilisation de tous les acteurs de la santé était nécessaire pour une réussite du projet, évoquant les médecins de famille, les pharmaciens et les acteurs des soins à domicile, qui ne sont pas tenus de passer au dossier électronique du patient.

Swiss medical network, qui possède l’hôpital de la Providence à Neuchâtel et la clinique Montbrillant à La Chaux-de-Fonds a choisi d’instaurer sa propre communauté  pour la mise en place d’un dossier électronique du patient. /sbe  


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus