Quand la pomme ne tombe pas loin de l'arbre

Alors que le pruneau est roi en ce week-end du Jeûne fédéral, c’est aussi la saison de récolte ...
Quand la pomme ne tombe pas loin de l'arbre

Le Parc régional Chasseral lance un chantier-nature pour récolter les fruits dans les vergers, en collaboration avec plusieurs pressoirs de la région

Les pommes fraîchement récoltées à leur arrivée à La Borcarderie à Valangin. Les pommes fraîchement récoltées à leur arrivée à La Borcarderie à Valangin.

Alors que le pruneau est roi en ce week-end du Jeûne fédéral,  c’est aussi la saison de récolte des pommes et des poires dans les vergers de l’Arc jurassien. Même si elle s’annonce moins bonne cette année, en raison du froid printanier et de l’été très sec, le Parc régional Chasseral organise un chantier-nature autour de cette thématique.

Cette semaine et à la fin du mois d’octobre, des petites mains des classes du Val-de-Ruz mais aussi de Suisse alémanique seront mobilisées pour récolter les fruits, avant de les amener au pressoir le plus proche. Les propriétaires d’un verger susceptible d’accueillir une classe peuvent d’ailleurs s’annoncer.

 

Un grand potentiel neuchâtelois

L’objectif est de valoriser les fruits et les vergers de la région. Et s’il y en a un qui acquiesce, c’est bien Julien Auroi, un des membres de la coopérative de la Bor, qui exploite le pressoir de la Borcarderie à Valangin. Dans un canton de Neuchâtel où le secteur vinicole prend le dessus sur l’arboriculture, Julien Auroi est convaincu qu’il existe un potentiel de développement pour valoriser les autres fruits.

À Valangin, une bande d’amis a créé il y a neuf ans cette coopérative, dans l’idée justement d’utiliser le surplus de pommes lors des très bonnes années de récolte. Pour Julien Auroi, le jus de pomme est un symbole de la Suisse. Il se réjouit chaque année de presser plusieurs dizaines de milliers de litres au Val-de-Ruz.

Dans la grande majorité, les clients sont des propriétaires de vergers qui viennent faire presser leurs pommes. Mais il relève que le pressoir pourrait produire trois fois plus qu’il ne le fait aujourd’hui. Julien Auroi n’a donc qu’un seul message à transmettre : « plantez des pommiers, des poiriers et des cognassiers ! » ./lre


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus