Zenith dévoile la montre «la plus précise du monde»

Avancée technologique d'importance dans l’horlogerie. La manufacture locloise Zenith a dévoilé ...
Zenith dévoile la montre «la plus précise du monde»

Avancée technologique d'importance dans l’horlogerie. La manufacture locloise Zenith a dévoilé un nouvel oscillateur. Cette innovation va permettre de s’affranchir du principe de balancier et spiral de Huygens, une invention qui date de… 1675

La Defy Lab contient le nouvel oscillateur qui promet une autonomie accrue de 60 heures. La Defy Lab contient le nouvel oscillateur qui promet une autonomie accrue de 60 heures.

Petite révolution dans le monde horloger. La manufacture horlogère locloise Zénith a présenté jeudi un nouveau prototype de montre qui serait « la plus précise du monde. » Alors que les montres actuelles s’appuient sur le principe du balancier et spiral de Huygens, une invention qui date de 1675, le prototype, baptisé Defy Lab embarque son propre oscillateur. Cette invention pourrait changer le futur de l’horlogerie suisse en remettant en question le principe de fonctionnement de la montre mécanique.

 

Oscillateur en une pièce

Cet oscillateur, formé d’une seule pièce (au lieu d’une trentaine) a été réalisé par un partenariat entre les différentes divisions du groupe LVMH. Grâce à lui, la montre mécanique serait 10 fois plus précise qu’une montre traditionnelle. De plus, Zenith annonce une autonomie plus grande de 60 heures par rapport à ses anciens modèles. Avec cet oscillateur qui bat à la fréquence de 15 hertz, la friction disparaît et avec elle le besoin de lubrifier les pièces. Enfin, le prototype serait insensible à la température, la gravité et aux champs magnétiques.

 

Technologie à partager

Selon Jean-Claude Biver, président de la division horlogère de LVMH, cette technologie ne sera pas seulement réservée à la marque Zenith. À l’avenir, les autres entreprises horlogères pourront aussi bénéficier de cette avancée. Toutefois, il compte redonner ses lettres de noblesse à la manufacture locloise grâce à ce projet qui la replace comme le leader de la précision dans la branche.

Les dix prototypes se sont vendus à 29'900 francs pièces. La marque souhaite faire baisser ce prix à l’avenir. /jha

(De gauche à droite) : Aurel Bachs, directeur chez Philipps Auction house, Jean-Claude Biver, président de la division horlogère de LVMH et Guy Sémon, chef de l'Institut des siences de la division montres de LVMH.  (De gauche à droite) : Aurel Bachs, directeur chez Philipps Auction house, Jean-Claude Biver, président de la division horlogère de LVMH et Guy Sémon, chef de l'Institut des sciences de la division montres de LVMH.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus