La situation d’ISA Swiss reste compliquée

ISA Swiss vient d’obtenir un sursis concordataire jusqu’au 20 décembre. L’entreprise horlogère ...
La situation d’ISA Swiss reste compliquée

L’entreprise horlogère des Brenets vient d’obtenir un sursis concordataire jusqu’au 20 décembre

Un mouvement à quartz d'ISA Swiss. Un mouvement à quartz d'ISA Swiss.

Le sort d’ISA Swiss avait déjà suscité des inquiétudes en octobre l’année passée. Depuis, des changements ont eu lieu, mais l’avenir de cette entreprise horlogère des Brenets reste incertain. Elle a obtenu un sursis concordataire jusqu’au 20 décembre.

ISA Swiss, qui fabrique des mouvements quartz, a déjà allégé ses effectifs et ne compte plus que 31 salariés. Son actionnaire principal, basé à Hong Kong, a injecté un peu de liquidités en début d’année, après avoir revendu la société sœur, ISA France, basée de l’autre côté de la frontière à Villers-le-Lac. Des discussions sont en cours pour trouver un autre actionnaire, ce qui serait de nature à rassurer le marché.

Depuis ces changements, ISA Swiss a poursuivi ses activités de façon plus décentralisée et autonome, explique son directeur, Laurent Alaimo. Le défi de l'entreprise désormais, c’est de redresser la barre et de s’assurer que le marché reprenne. Les difficultés rencontrées en 2016 par la société ont incité certains clients à augmenter leur stock. Ils doivent écouler ce qu’ils ont avant de repasser commande. D’autres clients, qui se sont tournés par prudence vers la concurrence, pourraient revenir s’ils constatent une amélioration. ISA Swiss a donc jusqu’au 20 décembre pour prouver sa viabilité. /msa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus