Lifting pour le cimetière de Beauregard

Modifications en vue au cimetière de Beauregard à Neuchâtel. Etant bâti sur un terrain non ...
Lifting pour le cimetière de Beauregard

Le cimetière de Beauregard à Neuchâtel va subir un réaménagement et une désaffectation. Le Conseil général a validé lundi soir un crédit de 750'000 francs

Le cimetière connait plus 'incinérations que d'inhumations. Le cimetière connait plus d'incinérations que d'inhumations.

Modifications en vue au cimetière de Beauregard à Neuchâtel. Etant bâti sur un terrain non extensible, le lieu va subir une désaffectation et un réaménagement dans le courant 2018. Le législatif a accepté lundi soir à l’unanimité un crédit d’un peu plus de 750'000 francs. Un des quartiers du cimetière va d’abord être désaffecté afin de pouvoir accueillir des nouvelles tombes dès 2025. Un autre secteur sera lui réaménagé après une période de tassement du terrain, il pourra accueillir des tombes dès 2019. Ces tournus entre les quartiers du cimetière s’effectuent tous les 30 à 40 ans. Les deux phases de travaux ont déjà été intégrées dans la planification financière de 2014-2017. Quelques aménagements tels que des murs de soutènements vont aussi être rafraîchis.

 

Neuchâtel ville morte ?

La vie nocturne neuchâteloise n’a pas bonne presse et cela inquiète le groupe socialise de la Ville de Neuchâtel. Il a déposé une interpellation à ce sujet lors de la séance du législatif. Pour les socialistes, malgré de belles réussites en termes de nouveaux lieux et une diversité d'événements, trop de fermetures d'établissements ont été enregistrées ces derniers mois. Le groupe a donc demandé au Conseil communal ce qu’il entreprenait pour lutter contre cette image. L’Exécutif a tenté de rassurer et a expliqué que les mœurs et les habitudes évoluent au fil du temps. A l'issue de la séance, l'interpellateur Antoine de Montmollin songeait déjà à déposer une motion.

 

Un achat contesté

Le parti libéral-radical s’est aussi indigné de l’achat de l’immeuble rue du Seyon 32 qu’a réalisé l’Exécutif en fin d’année 2016. Le groupe PLR comprend que la nouvelle loi cantonale sur les finances de l’Etat et des communes a repositionné les compétences des deux autorités. Toutefois, il déplore un manque de communication mais surtout le fait d’avoir pris connaissance de cette acquisition via la presse locale. Le conseiller communal en charge de l’urbanisme, Olivier Arni, a expliqué l’intérêt stratégique à acquérir ces locaux mais aussi l’envie de faire perdurer une activité musicale grâce à un magasin spécialisé dans ce domaine. Enfin, le conseil communal admet un quiproquo quant à la mauvaise communication envers le législatif. /ali


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus