Sursis pour le collectif l'Amar à Neuchâtel

Le but du collectif est de réagir à une situation de précarité sociale et culturelle en proposant une nouvelle opportunité aux migrants.

Le Conseil communal de Neuchâtel déplore la méthode employée par le collectif L’Amar dans son projet d’accueil des migrants à la rue de la Main 2, à Neuchâtel. Il estime que l’occupation des lieux sans accord préalable du propriétaire pour offrir un lieu de rencontres et d’échanges entre migrants et Neuchâtelois « rend compliquée la réalisation du projet ».

Aux yeux de l’exécutif de la Ville, le bâtiment n’est pas approprié pour une telle utilisation sur le long terme, car il est vétuste. Le Conseil communal a chargé les Services de la Ville de mener une étude complète de la situation, couvrant les aspects juridiques, sanitaires, sécuritaires et de politique migratoire. Les résultats sont annoncés pour lundi prochain, date à laquelle l’exécutif décidera si le collectif doit quitter les lieux ou non.

Le Conseil communal préconise toutefois la recherche d’un nouvel emplacement pour ce projet de rencontres. Il rappelle que le bâtiment de la rue de la Main doit à l’avenir accueillir des logements pour des personnes en insertion sociale ou à faibles revenus. /comm-sbe

Actualités suivantes

Articles les plus lus