Encore du boulot pour l'équipe de Suisse

L'équipe de Suisse de hockey sur glace s'est inclinée 5 à 2 face à la Russie à l'occasion de ...
Encore du boulot pour l'équipe de Suisse

L'équipe de Suisse de hockey sur glace s'est inclinée 5 à 2 face à la Russie à l'occasion de son premier match de préparation en vue des championnats du monde en Slovaquie

Photo d'archives. Photo d'archives.

La Suisse est sortie perdante de son premier match de préparation en vue du Mondial de hockey sur glace en Slovaquie. Les hommes de Patrick Fischer se sont inclinés 5-2 jeudi à Sotchi face à la Russie.

On pourrait appeler cette période « le temps des questions » parce que les réponses viendront plus tard. Elles devront venir dès le 10 mai à Bratislava. Avant d'arriver dans la capitale slovaque, Patrick Fischer vit une phase de construction, d'essais et de convictions qui n'attendent qu'à être confirmées ou infirmées.

Premièrement, le coach zougois a pu voir qu'Alessio Bertaggia avait su saisir sa chance. Pour sa cinquième sélection, le fils du grand Sandro a inscrit un doublé sur deux lancers assez soudains. Bien, mais pas de quoi faire de l'ailier tessinois un membre de l'effectif au-delà des matches en Suisse romande. Les arrivées de Nico Hischier, Kevin Fiala et Andres Ambühl vont logiquement laisser des garçons sur le bord de la route.

Il a aussi vu que contre une équipe joueuse comme la Russie, il ne fallait pas donner trop de glace à des hommes qui ont pour habitude de tirer vite dès qu'une ouverture se présente. Le 2-1 sur power-play, 39 secondes après l'égalisation suisse, et le 4-1 sur une erreur de Berra derrière son goal ont mis en lumière quelques soucis helvétiques.

Afin d'avoir un peu d'expérience au sein de ses bases arrières, Patrick Fischer avait décidé de recréer des paires de défense à succès issues des précédentes campagnes de l'équipe nationale. Ainsi Romain Loeffel a retrouvé Joël Genazzi pour reformer le duo de Paris en 2017, alors que Lukas Frick et Michael Fora ont pu se rappeler les bons souvenirs des débuts du dernier Mondial de Copenhague.

On n'ira pas jusqu'à parler de montée en puissance de la part des hommes de Patrick Fischer, mais ces derniers ont tout de même proposé un visage plus séduisant lors du troisième tiers qu'au cours des deux premiers. Plus agressifs, les Suisses ont ennuyé des Russes qui n'apprécient pas d'être bousculés.

Les vice-champions du monde auront l'occasion de corriger certaines choses samedi à l'occasion d'une deuxième rencontre face à la Sbornaja. Et de permettre à Patrick Fischer de tracer quelques questions de son calepin. /ats-sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus