Le dossier informatisé remplace le papier à l’Hôpital neuchâtelois

La révolution est en cours à l’Hôpital neuchâtelois : le dossier médical informatisé prend ...
Le dossier informatisé remplace le papier à l’Hôpital neuchâtelois

Hôpital neuchâtelois, HNe, dossier médical informatisé Le personnel de l'Hôpital neuchâtelois doit s'acclimater à une gestion informatique des dossiers des patients.

La révolution est en cours à l’Hôpital neuchâtelois : le dossier médical informatisé prend progressivement le pas sur les dossiers en version papier des patients. A l’heure actuelle, les services des urgences et de médecine des sites de Pourtalès et de La Chaux-de-Fonds sont déjà passés à l’ère numérique, de même que les sites de La Béroche, de Couvet, de Landeyeux et du Locle. Le dossier médical informatisé fera également son apparition à La Chrysalide, à La Chaux-de-Fonds, la semaine prochaine. D’ici 2016, les derniers services, comme la chirurgie et la pédiatrie, devraient également être équipés.

Actuellement, près de 1'000 collaborateurs sur les 1'900 à former n’utilisent pratiquement plus qu’un ordinateur pour accéder aux données liées à leurs patients.

 

Améliorer l’accès aux données

Cette informatisation des données permet de réunir en un seul fichier toutes les informations concernant un patient : plus besoin de courir à l’autre bout de l’hôpital pour obtenir les résultats du laboratoire ou pour retrouver un dossier médical. Il est également possible d’accéder au dossier de n’importe quel poste. L’informatisation permet par ailleurs d’améliorer la lisibilité des données en reléguant aux oubliettes les doutes qui peuvent survenir avec des écritures manuscrites. La traçabilité des soins est aussi meilleure puisque le système répertorie qui a fait quoi à quel moment. Finalement, le système donne aux employés une vue d’ensemble des patients présents dans le service.

Un désavantage toutefois : le personnel soignant perd un peu plus de temps qu’auparavant à entrer toutes ces données dans le système. Chaque utilisateur doit entrer un mot de passe pour se connecter et remplir un nombre important de champs pour présenter une information la plus complète possible, ce qui n’est pas toujours conciliable avec le rythme soutenu que doit tenir le personnel par moment.

 

Encadrement nécessaire pour la phase d’apprentissage

Le passage à l’ère numérique constitue un important bouleversement pour le personnel, plus que pour les patients qui n’ont finalement que peu conscience de la révolution en cours. Un important dispositif d’encadrement des employés a dès lors été mis en place pour que la transition ne mette pas en péril la sécurité des malades. L’équipe en charge du projet était présente auprès des collaborateurs de 7h à 22h les premiers jours  de déploiement du système et un piquet téléphonique a été instauré pour le reste de la nuit. Pour chaque unité de service, deux employés ont également été formés de manière plus approfondie pour être capables de répondre aux questions de leurs collègues sur le long terme.

Le logiciel est aussi continuellement remanié pour remédier aux erreurs de jeunesse qui sont décelées.  Au final, le personnel semble satisfait de ce nouveau système, même si la prise en main du logiciel a donné quelques sueurs froides aux personnes moins habituées aux outils informatiques.

 

Partenariat avec le Jura et le Jura bernois

La mise en place de ce dossier médical informatisé coûte 1,5 million de francs par an. L’Hôpital neuchâtelois collabore avec l’Hôpital du Jura et celui du Jura bernois pour ce projet. Ce dernier a été le premier à se lancer, suivi des sites jurassiens, puis neuchâtelois. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus