Neuchâtel se laisse envoûter par le fantastique

Le NIFFF, qui a démarré vendredi, propose plus d’une centaine de projections. Un laboratoire ...
Neuchâtel se laisse envoûter par le fantastique

Le NIFFF, qui a démarré vendredi, propose plus d’une centaine de projections. Un laboratoire photographique immersif attend aussi le public.

Le Neuchâtelois Olivier Béguin a mis au point un laboratoire photographique immersif qui permet aux visiteurs de s'immerger dans l'univers du docteur Jekyll. Le Neuchâtelois Olivier Béguin a mis au point un laboratoire photographique immersif qui permet aux visiteurs de s'immerger dans l'univers du docteur Jekyll.

Le fantastique règne en maître à Neuchâtel. Le NIFFF a investi le centre-ville depuis vendredi et jusqu’à samedi prochain. Pour cette 23e édition du Festival international du film fantastique de Neuchâtel, 124 œuvres issues de 46 pays sont à découvrir. Certaines projections se font à l’open air, installé sur la place des Halles pour l’occasion.

Le NIFFF ne propose pas que des films. Le festival offre également une vaste palette d’événements. Le public peut notamment faire l’expérience d’un laboratoire photographique immersif, imaginé par le cinéaste neuchâtelois Olivier Béguin. Les volontaires serviront de cobaye au docteur Jekyll, qui tentera de faire ressortir le Mister Hyde en vous. Cette installation est issue d’un projet d’adaptation au théâtre de L’étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde, de Robert Louis Stevenson. La pièce, portée par Olivier Béguin et Yannick Merlin, sera jouée à l’automne au théâtre du Concert à Neuchâtel. Le laboratoire photographique a servi à créer des visuels pour ce projet.

Son créateur, Olivier Béguin, a toutefois souhaité pousser cette démarche plus loin et l’ouvrir à un public plus large.

Au NIFFF, les « cobayes » sont ainsi invités à se laisser ausculter par le docteur Jekyll (de manière peu intrusive, rassurez-vous) et à ingurgiter une potion qui fera surgir la part obscure cachée au fond de votre âme. Ce double sera immortalisé par un procédé photographique durant les quelques instants où il surgira, explique Olivier Béguin. Un antidote attend ensuite les participants. « Normalement, ça devrait bien se passer », ajoute Olivier Béguin, sur le ton de la plaisanterie.

Reportage au cœur du laboratoire photographique immersif d’Olivier Béguin

Ce laboratoire photographique immersif est ouvert dès lundi et jusqu’à samedi, de 15h à 18h30, au Salon du Bleu café. Il est recommandé de prendre rendez-vous.

Les images réalisées dans le cadre de cette installation seront notamment présentées en deux endroits sur le site du festival, au théâtre du Passage et à la Villa, avec l’accord des participants. Olivier Béguin précise : le scénario est adapté dans le cas où de jeunes visiteurs se présenteraient à la porte du docteur Jekyll. /sbm

De gauche à droite: Yannick Rosset dans son rôle de Jekyll et le cinéaste neuchâtelois Olivier Béguin. De gauche à droite: Yannick Rosset dans son rôle de Jekyll et le cinéaste neuchâtelois Olivier Béguin.


Actualités suivantes

Articles les plus lus