Le surendettement peut devenir le problème de tous

L’Etat de Neuchâtel lance sa campagne de lutte contre le surendettement ce lundi. A travers ...
Le surendettement peut devenir le problème de tous

L’Etat de Neuchâtel lance sa campagne de lutte contre le surendettement ce lundi. A travers cinq messages sur les réseaux sociaux, il veut mettre l’accent sur les risques multifactoriels pour tout un chacun de se retrouver endetté

Au mois de janvier, 9,3 % de la population neuchâteloise avait au moins une dette à l'Office des poursuites. (Photo: illustration - libre de droits) Au mois de janvier, 9,3 % de la population neuchâteloise avait au moins une dette à l'Office des poursuites. (Photo: illustration - libre de droits)

Tout un chacun peut être un jour confronté à des problèmes de surendettement. Dans le cadre de la Swiss Money Week, l’Etat de Neuchâtel et ses partenaires tels que le Centre social protestant (CSP) et Caritas, lancent de nouvelles actions. Une campagne qui se déclinera autour de cinq messages sur les réseaux sociaux et a pour thème « La vie et le porte-monnaie ». L’occasion d’aborder sans tabou les questions d’argent.

Dans le canton de Neuchâtel, 9,3% de la population a au moins une dette à l’Office des poursuites. Un taux nettement supérieur à celui du pays qui est de 5,6%. Le message principal de cette action est de faire comprendre que l’augmentation non-maîtrisée des dettes peut concerner tout le monde. Et cette situation peut être en lien avec de nombreux événements de la vie, comme un divorce, la perte d’un emploi, la maladie, mais aussi la naissance d’un enfant ou le départ du domicile parental. « Il faut modifier l’image qu’on a parfois des personnes endettées », relève Judith Notter. Pour la chargée de projet dans la lutte contre le surendettement au sein du Service de l’action sociale, « bien souvent le budget est parfaitement équilibré. Et puis, il y a un changement, un basculement dans la vie qui fait que ce qui fonctionnait bien jusqu’à présent ne fonctionne plus ».

« On est parfois mal à l’aise de parler du coût d’un enfant »

L'importance du budget

Fruit d’une collaboration entre le Service de l’action sociale et le Service de l’emploi, cette campagne se décline en cinq messages, cinq recommandations. « Faire un budget à chaque changemenet de situation, pour maîtriser sa situation financière » est le premier message. Et Judith Notter le répète, c’est important de faire son budget, même si la situation financière actuelle n’est pas alarmante.

« Ça prend vraiment du temps de faire un budget »

Tout un chacun devrait faire une planification financière, même sans problème d’argent.  D’autant plus que certains événements sont totalement imprévisibles. « Faire un budget ça permet de savoir si tout d’un coup la situation se péjore, où puis-je l’adapter ? », précise Judith Notter.

« Avoir conscience de sa situation actuelle et si possible prendre des décisions financières en anticipation d’un éventuel changement »

Les quatre autres messages sont les suivant : remplir sa déclaration fiscale, ce qui permet parfois l’accès à des prestations sociales – se renseigner sur ses droits et devoirs lorsqu’on s’inscrit au chômage – réagir dès les premiers signaux de difficultés financières et en parler avec des spécialistes – prendre soin de soi même en période difficile, en proposant des exemples d’activités gratuites accessibles dans les communes du canton. Un message est abordé par jour du 18 au 22 mars sur les réseaux sociaux de l’Etat de Neuchâtel. « C’est là que le contact avec la population est le plus efficace », précise la chargée de projet du service de l’action sociale.

« On peut toucher plus largement, pas uniquement ciblé sur les personnes qui ont déjà un contact avec un Service de l’Etat »

Des actions des partenaires

Les deux associations CSP Neuchâtel et Caritas Neuchâtel participent à cette campagne. Du côté du CSP, l’accent est mis sur le passage du statut de salarié à retraité. Deux soirées d’informations ont lieu ce lundi 18 mars à 19h à la salle de l’Union Commerciale à Neuchâtel et jeudi 21 mars à 19h à la salle Presbytère Farel à La Chaux-de-Fonds.

Caritas pour sa part met sur pied des animations au contact de la population. Un petit jeu pour parler d’argent sera proposé de 10h à 12h le 19 mars à l’épicerie de Neuchâtel, le 20 mars au Vestiaire à Neuchâtel et le 21 mars à l’épicerie de La Chaux-de-Fonds. /lgn


Actualités suivantes