Les finances de transN inquiètent les députés et le syndicat

Les finances de transN inquiètent. Mardi, des députés au Grand Conseil ont interpellé le gouvernement ...
Les finances de transN inquiètent les députés et le syndicat

Les finances de transN inquiètent. Mardi, des députés au Grand Conseil ont interpellé le gouvernement sur la situation de la compagnie de transports publics. De son côté, le syndicat du personnel des transports verrait d’un bon œil une augmentation du capital

La qualité de l'offre sera maintenue en 2024 indiquent les autorités. Le SEV, lui, reste inquiet pour les conditions de travail. Photo : archives. La qualité de l'offre sera maintenue en 2024 indiquent les autorités. Le SEV, lui, reste inquiet pour les conditions de travail. Photo : archives.

Nos révélations sur la situation financière de transN ne manquent pas de faire réagir. Mardi, certains députés socialistes ont interpellé le gouvernement lors de la session du Grand Conseil. La compagnie de transports publics neuchâtelois est-elle en péril ? Quelles mesures prend le gouvernement pour redresser la barre ? En charge du Département du développement territorial, Laurent Favre se veut rassurant.

Aux yeux du conseiller d’Etat, il n’y a aujourd’hui pas de risque de faillite. « On n’en est pas du tout là. On rencontre une augmentation des coûts de production qu’on connaît aussi dans d’autres sociétés de transports, mais pas de manière aussi importante que du côté de transN. Cela s’explique par les coûts de l’énergie, l’indexation du niveau salarial ou encore le nouveau matériel roulant qui doit être amortit ».

Laurent Favre, conseiller d'Etat :

Désormais, le Canton attend les conclusions de l’audit externe attendues pour l’été prochain. « On souhaite aller au fond des choses pour prendre les bonnes décisions pour l’avenir de transN, mais effectivement le bilan de la compagnie est fragile après trois ans de pandémie. Des réserves ont été utilisées pour éponger des pertes. Et c’est le bon moment pour faire un état des lieux » estime Laurent Favre.

La semaine dernière, le président du conseil d’administration de la société Raphaël Comte évoquait la possibilité d’une recapitalisation de transN. Laurent Favre estime que « l’Etat viendra avec des moyens, mais c’est encore trop tôt pour dire si cela sera nécessaire. C’est un travail qui sera réalisé en 2024 ».

Laurent Favre :

Le Syndicat dEV inquiet

Le syndicat du personnel des transports scrute la situation avec attention. Le secrétaire syndical Jean-Pierre Etique indique que « ce discours peut paraître rassurant pour le grand public, mais il ne l’est pas du tout pour le personnel. Chaque fois que nous rencontrons les collaborateurs, ils sont à la rupture en matière d’engagement, de fatigue, de suppression de congé, de suppression de ligne ».

Jean-Pierre Etique, secrétaire syndical :

Lorsqu’on lui parle de potentielles économies, Jean-Pierre Etique répond directement « en tout cas pas sur le dos du personnel ». Quant à une augmentation de capital, le secrétaire syndical compare cette proposition à un serpent de mer.

Jean-Pierre Etique :

/sma-aju


Actualités suivantes

Articles les plus lus