La droite et le Conseil d’Etat unis contre une hausse d’impôt

Les partis de droite et l’exécutif cantonal rejettent l’initiative du POP « Pour une fiscalité ...
La droite et le Conseil d’Etat unis contre une hausse d’impôt

Les partis de droite et l’exécutif cantonal rejettent l’initiative du POP « Pour une fiscalité plus équitable ». Les Neuchâtelois trancheront dans les urnes le 15 mai

L'UDC, le PLR, le Centre et les Vert'libéraux s'opposent à l'initiative lancée par le POP. L'UDC, le PLR, le Centre et les Vert'libéraux s'opposent à l'initiative lancée par le POP.

« Une nouvelle hausse d’impôt serait une catastrophe pour l’image du canton de Neuchâtel ». Les partis de droite et le Conseil d’Etat lancent leur campagne contre l’initiative du POP « Pour une fiscalité plus équitable » soumise à la population neuchâteloise le 15 mai. Le texte, soutenu par la gauche et déposé en 2017, propose d’augmenter l’impôt sur la fortune de 1’400 francs par million.

En novembre dernier, le Grand Conseil neuchâtelois avait refusé d’entrer en matière sur cette proposition par 52 voix contre 48. Un comité interpartis composé du PLR, des Vert'libéraux, du Centre et de l’UDC s’oppose à l’initiative qu’il juge « risquée ». Selon le président du PLR neuchâtelois Fabio Bongiovanni, toute hausse d’impôt risquerait de raviver l’image « d’enfer fiscal » qui a souvent été associée au canton de Neuchâtel, et de faire partir des gros contribuables :


Selon la gauche, cette hausse d’impôt n’impacterait que 7% de la population et permettrait de ramener 13,4 millions de francs dans les caisses de l’Etat. Le député Vert’libéral Julien Noyer estime toutefois que cette proposition du POP ne règle pas l’inégalité croissante des richesses :

Un texte jugé inopportun par le gouvernement

Le Conseil d’Etat neuchâtelois a présenté lundi matin ses arguments contre cette initiative lors d’une conférence de presse. Il juge ce texte « contre-productif ». Il lui reproche de ne pas avoir été élaboré dans la concertation, d’adopter une approche « inefficace » et d’être « inopportune », parce qu’il nuirait à la réputation fiscale du canton.

Pour le conseiller d’Etat en charge des finances, Laurent Kurth, contrairement à ce qu’avancent les initiants, l’initiative pourrait pousser des gros contribuables à aller voir ailleurs :

Le Conseil d’Etat a procédé à un calcul hypothétique. Sur les 120'000 contribuables neuchâtelois, environ 8'000 seraient concernés par cette initiative. Il suffirait que les dix premiers choisissent de s’exiler pour annuler le bénéfice escompté par les partisans du texte. /are-jhi


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus