Ligne ferroviaire Fleurier-Buttes : un dossier plus complexe qu’escompté

Des bus de remplacement relient toujours les deux localités du Val-de-Travers. L’Office fédéral ...
Ligne ferroviaire Fleurier-Buttes : un dossier plus complexe qu’escompté

Des bus de remplacement relient toujours les deux localités du Val-de-Travers. L’Office fédéral des transports a dû demander des compléments à TransN en raison de la complexité du dossier

Les travaux en gare de Buttes ont été conséquents. Photo : archives. Les travaux en gare de Buttes ont été conséquents. Photo : archives.

Ce sont des tracasseries administratives qui expliquent le retard de la mise en service de la ligne ferroviaire reliant Fleurier à Buttes. La compagnie de transports publics neuchâtelois TransN espérait initialement reprendre l’exploitation au changement d’horaire, le 12 décembre dernier, après cinq mois de travaux. Aujourd’hui, les bus de remplacement sont toujours mobilisés.

Le 20 décembre, TransN indiquait pourtant par courriel que « tous les documents concernant l’homologation sont en mains de l’Office fédéral des transports ». Mais des compléments ont été demandés par l'OFT et transmis le 5 janvier, en raison de la complexité du dossier et des nouveautés techniques installées, selon TransN.

L’Office fédéral des transports confirme que TransN a encore dû fournir des documents. La compagnie avait été informée qu’elle devrait lui soumettre différents dossiers : « jusqu’à récemment, notre office n’avait pas encore tous les éléments nécessaires », nous a expliqué la porte-parole de l’OFT. « C’est seulement sur la base d’un dossier complet que l’OFT pourra vérifier que les options techniques prises par l’entreprise ferroviaire sont conformes ».

Florence Pictet, porte-parole de l'OFT.

TransN espère désormais rouvrir la ligne au mois de février. Ce mardi, l’OFT confirme avoir reçu tous les éléments nécessaires et indique que le dossier est « en bonne voie » pour délivrer une homologation dans les prochaines semaines.

Le fait que l’office doive demander des compléments à une compagnie de transport n’est « pas rare » aux yeux de la porte-parole de l’OFT. Elle souligne qu’octroyer une autorisation d’exploiter est un processus qui prend du temps.

Le chantier entre Fleurier et Buttes est devisé à près de 20 millions de francs. Durant l’interruption du trafic ferroviaire, des bus de remplacements sont proposés. Ce service coûte 50'000 francs par mois, des frais couverts par la convention de prestation avec la Confédération, note TransN. /aju


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus