La Chaux-de-Fonds : un salon par passion du vin

Un groupe d'amis de La Chaux-de-Fonds est à l’origine d’une manifestation qui vivra fin octobre ...
La Chaux-de-Fonds : un salon par passion du vin

Un groupe d'amis de La Chaux-de-Fonds est à l’origine d’une manifestation qui vivra fin octobre sa deuxième édition. Leur but : faire découvrir au plus grand nombre des crus qu’ils ont eux-mêmes dégusté et approuvé

Les membres du comité du Salon des vins de La Chaux-de-Fonds: de gauche à droite, Damien Rothen, Francisco Bravo, Thomas Perret et Maël Iseli (photo: salon des vins) Les membres du comité du Salon des vins de La Chaux-de-Fonds: de gauche à droite, Damien Rothen, Francisco Bravo, Thomas Perret et Maël Iseli (photo: salon des vins)

« Le meilleur vin est celui que l’on partage », c’est avec cette conviction qu’est née en 2017 à La Chaux-de-Fonds l’association Lâche-moi la grappe. À son origine, on trouve 12 amis amateurs de vins qui se sont mis ensemble pour cotiser et visiter régulièrement des caves d’ici et d’ailleurs. 

Le salon des vins, qui vivra sa deuxième édition du 29 au 31 octobre dans les locaux du restaurant la Ferme Droz-dit-Busset, a été mis sur pied dans le but d’élargir le partage de leur passion au grand public. « On est tous de la région de La Chaux-de-Fonds et on voulait apporter notre pierre à l’édifice pour animer la ville », explique Damien Rothen le responsable communication de l'événement. La première cuvée du salon avait réuni un millier de visiteurs en 2019.

Pour cette édition, quinze vignerons ont été sélectionnés. Les organisateurs se défendent d’avoir mis de côté les producteurs neuchâtelois. « Il y aura six vignerons neuchâtelois. Ce n’est certes pas la majorité, mais ils auront leur espace dédié sous les couleurs de Neuchâtel Vins et Terroir. », explique Francisco Bravo membre du comité. Les autres viennent de Suisse romande (Vaud et Valais) et de France (Alsace et Bourgogne).

Structure associative, le salon redistribuera les éventuels bénéfices dégagés par la vente des entrées à une association d’utilité publique. En 2019, c’est l’association Nez rouge qui avait été soutenue. /lre


 

Actualités suivantes