Le NIFFF en mode « miraculeux »

Le Festival du film fantastique de Neuchâtel dévoile ce jeudi sa nouvelle programmation. Une ...
Le NIFFF en mode « miraculeux »

Le Festival du film fantastique de Neuchâtel dévoile ce jeudi sa nouvelle programmation. Une centaine de productions sera à découvrir en public et en ligne

Le film « Tides » de l'Helvète Tim Fehlbaum est l'un des temps forts de cette édition 2021. (Photo: NIFFF) Le film « Tides » de l'Helvète Tim Fehlbaum est l'un des temps forts de cette édition 2021. (Photo: NIFFF)

Vivant et hybride : le Festival du film fantastique de Neuchâtel (NIFFF) lève le voile sur sa programmation. La manifestation se tiendra du 2 au 10 juillet dans la cité lacustre et présentera plus d’une centaine d’œuvres. Malgré la situation sanitaire, le festival cinématographique est l’un des premiers cette année en Suisse à réinvestir l’espace public. Les films seront projetés en présentiel dans six lieux, dont le Théâtre du Passage, des salles de cinéma Cinepel, l’Open air au cœur de la ville et le Museum d’histoire naturelle. La jauge du nombre de spectateurs sera limitée, mais est encore susceptible d’évoluer d’ici début juillet en fonction de la situation sanitaire. Une partie de la sélection pourra également être visionnée en ligne. Le festival OFF au Jardin anglais prendra quant à lui la forme d’une grande terrasse pour rassembler les festivaliers et riverains.

Entretien avec le directeur artistique du NIFFF, Loïc Valceschini, et le programmateur, James Berclaz-Lewis

Une centaine de films dont une cinquantaine de longs-métrages en provenance des cinq continents sera à découvrir lors de cette nouvelle édition, soit légèrement moins que d’habitude. Cela permet aux organisateurs de proposer plus de projections et ainsi contenter un maximum de spectateurs.

La compétition internationale sera placée sous le signe de la jeunesse : de nombreux cinéastes y présenteront leur premier ou deuxième film. Parmi les temps forts de cette 20e édition, les organisateurs mentionnent « Tides », la création du Suisse Tim Fehlbaum, qui confronte le spectateur aux conséquences de la catastrophe climatique . Le rapport de l’être humain à la nature sera également au cœur de quatre autres films de la sélection. Le programme complet des films, conférences et autres événements, est à découvrir sur le site internet du NIFFF. /ara

Le coup de coeur du programmateur James Berclaz-Lewis


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus