La Comco vise à nouveau Swatch Group

La Commission de la Concurrence ouvre une enquête préliminaire. Elle vise Nivarox, une filiale ...
La Comco vise à nouveau Swatch Group

La Commission de la Concurrence ouvre une enquête préliminaire. Elle vise Nivarox, une filiale du groupe biennois

La Comco analysera notamment les capacités de production de la filiale du groupe biennois et sa position actuelle. (Photo : archives KEYSTONE / Anthony Anex). La Comco analysera notamment les capacités de production de la filiale du groupe biennois et sa position actuelle. (Photo : archives KEYSTONE / Anthony Anex).

La Commission de la Concurrence (Comco) a ouvert une enquête préliminaire sur Nivarox, une filiale du groupe Swatch produisant des assortiments horlogers.

Cette procédure se « base sur le soupçon que Nivarox aurait pu abuser de sa position dominante dans le domaine des assortiments en particulier en plafonnant les quantités livrées et en augmentant les prix de manière inéquitable », a indiqué le gendarme de la concurrence au quotidien le Temps dans un article publié vendredi.

L'enquête préliminaire doit ainsi permettre au secrétariat de la Comco de déterminer s'il y a des indices que certains comportements de Nivarox puissent constituer une éventuelle violation de la loi sur les cartels.

Interrogé par AWP, le groupe Swatch a confirmé avoir reçu une notification du régulateur à propos de l'ouverture d'une enquête préliminaire à ce sujet, comme le rapporte le Temps.

Lors de cette procédure, la Comco analysera notamment les capacités de production de la filiale du groupe biennois et sa position actuelle. Les assortiments qu'elle produit sont des organes réglants constituant le coeur des montres mécaniques.

Nivarox emploie plus de 1000 collaborateurs sur différents sites de l'Arc jurassien. Avec des parts de marché pour les livraisons à des tiers estimées par la Comco à plus de 90% en 2010 (derniers chiffres disponibles), elle fournit pratiquement tous les fabricants de mouvements mécaniques concurrents du groupe dirigé par Nick Hayek.

Lors de la précédente enquête contre la filiale de Swatch ETA, clôturée l'été dernier, la Comco avait partiellement analysé le marché des assortiments. Elle en avait conclu « qu'il fallait 5 à 8 ans pour mettre en place des capacités de production correspondant à une fraction de celles de Nivarox », rappelle le quotidien. /ATS-gtr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus