Johnson & Johnson décline l’offre de la table ronde

L’entreprise américaine n’a pas donné suite à la proposition de l’Etat, sur demande du syndicat ...
Johnson & Johnson décline l’offre de la table ronde

L’entreprise américaine n’a pas donné suite à la proposition de l’Etat, sur demande du syndicat Unia, de se mettre à une table pour discuter de la délocalisation de quatre filiales du groupe

La multinationale américaine prévoit plus de 300 délocalisations au sein de quatre filiales implantées dans le canton de Neuchâtel, comme ici au Locle (Photo : Google Maps) La multinationale américaine prévoit plus de 300 délocalisations au sein de quatre filiales implantées dans le canton de Neuchâtel, comme ici au Locle (Photo : Google Maps)

C’est non ! Johnson & Johnson a refusé de se mettre autour d’une table avec le Conseil d’Etat neuchâtelois et le syndicat, selon Unia. La proposition avait été faite par le gouvernement sur demande du syndicat. Quant à la procédure de consultation, elle a pris fin ce jeudi 18 février. À ce stade, Unia n’a pas reçu de mandat de la part des employés pour les représenter. Le syndicat reste à disposition des travailleurs s’ils le veulent. Pour l’instant ils sont dans l’attente de voir à quoi vont ressembler les packages de départ proposés par Johnson & Johnson.

Le syndicat reste sur sa position que Johnson & Johnson n’a pas respecté la procédure, car il n’y a pas eu de véritable consultation. Quant à l’obligation de mettre sur pied un plan social, les deux parties restent également sur leur position. C’est oui pour Unia, non pour la multinationale. /sma


 

Actualités suivantes