Acceptation douloureuse pour solidaritéS

SolidaritéS stoppe la bataille judiciaire. Le parti a annoncé jeudi avoir pris note de la décision ...
Acceptation douloureuse pour solidaritéS

Les membres du parti neuchâtelois ont décidé jeudi matin de ne pas poursuivre la bataille juridique au lendemain de la décision de la Chancellerie d’Etat qui a rejeté le recours déposé à l’encontre de l’élection du Conseil communal des 25 et 26 octobre derniers

La Chancellerie d'Etat a rejeté mercredi le recours déposé par deux membres de solidaritéS, considérant que le dépouillement avait été régulier. (Photo d'archives : KEYSTONE/Jean-Christophe Bott) La Chancellerie d'Etat a rejeté mercredi le recours déposé par deux membres de solidaritéS, considérant que le dépouillement avait été régulier. (Photo d'archives : KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

SolidaritéS ne poursuivra pas les démarches judiciaires. Le parti a annoncé jeudi dans un communiqué avoir pris note de la décision de la Chancellerie d’Etat. Cette dernière a rendu son verdict mercredi en rejetant le recours déposé le 2 novembre dernier par deux membres du mouvement solidaritéS concernant les résultats des élections au Conseil communal de Neuchâtel.

« Si nous regrettons que la solution simple du recomptage soit bottée en touche, nous ne pousserons pas la bataille juridique jusqu’au Tribunal fédéral pour avoir le dernier mot sur une question de transparence des élections et de séparation des pouvoirs. » précise le parti.

Contacté, le membre du mouvement solidaritéS, Henri Vuillomenet, évoque un manque de bon sens de la part des autorités dans cette affaire. 

Selon le parti, les arguments évoqués hier par la Chancellerie d’Etat pour rejeter le recours ne sont que peu convaincants, mais le mouvement préfère se recentrer sur ces priorités politiques. Les précisions d’Henri Vuillomenet :

/gjo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus