Une application pour trouver le cheval de sa vie

Développé par la FSFM, e-FM fonctionnera plus ou moins comme un site de rencontre : il s’agira ...
Une application pour trouver le cheval de sa vie

Développé par la FSFM, e-FM fonctionnera plus ou moins comme un site de rencontre : il s’agira pour le cavalier de répondre à un test de personnalité. L’application lui proposera des chevaux mis en vente qui répondent à ses attentes

L'application doit permettre au cavalier de ne pas se tromper quand il choisit son cheval.  L'application doit permettre au cavalier de ne pas se tromper quand il choisit son cheval. 

La Fédération suisse du Franches-Montagnes (FSFM) se la joue Cupidon des pâturages. Dès la fin de l’année, l’application e-FM va proposer aux amateurs de chevaux de trouver leur « âme soeur » équine via un écran d’ordinateur ou de téléphone. C’est ce que dévoilait aujourd’hui le journal l’Agri dans ses colonnes.


Le coup de foudre ne suffit pas
Depuis quelques mois, le Haras national, qui prend part au projet, a élaboré des tests pour tenter d’évaluer au mieux la personnalité d’un cheval Franches-Montagnes : s’il est sensible, curieux, proche de l’homme. Tout ça pour diriger au mieux le cavalier vers une monture faite pour lui, comme l’explique Marie Pfammatter, gérante de la FSFM :  « Quelqu’un qui veut faire de la compétition, de l’attelage, il lui faut un cheval sportif et de caractère ! Car il n’y a pas que le physique qui compte, il faut s’assurer que l’animal est sportif dans son esprit. »

Parce que voilà, en matière de cheval comme en amour, le cavalier craque parfois pour un physique ! Mais la beauté intérieure, ou plutôt, le caractère de la bête est plus important :

« Quand on a le coup de foudre pour quelqu’un, ça ne veut pas dire que c’est forcément la bonne personne pour nous. C’est probablement la même chose en matière de chevaux.» 


Eviter les déceptions

Le but de cette application, selon Marie Pfammatter, c’est d’éviter que les cavaliers soient déçus de leur nouveau compagnon :  « Souvent, les débutants ne savent pas quels critères évaluer chez un cheval. Ils peuvent être déçu, ou avoir peur de leur bête et ils finissent par ne plus l’utiliser… C’est mauvais pour l’animal et pour le cavalier. Notre application doit permettre de dire « Voilà, je veux un cheval capable de ceci ou cela. »»

La FSFM bénéficie d’une aide de 25'000 francs de la part de l’Office de l’agriculture pour financer cette application. Au total, elle coûte 50'000 francs à développer. Elle doit en principe ensuite s’autofinancer. e-FM sera disponible dès la fin de l'année 2019. Dans un premier temps, une septantaine de chevaux y seront présentés, via des vidéos, des photos et des évaluations. /cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus