David Cronenberg présidera le jury international de la 18e édition du NIFFF

Le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel accueillera une signature majeure ...
David Cronenberg présidera le jury international de la 18e édition du NIFFF

Le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel accueillera une signature majeure du cinéma contemporain en la personne de David Cronenberg

Le cinéaste canadien remettra le prestigieux Narcisse H.R. Giger du meilleur film à l'un des 16 films en lice lors de la cérémonie de clôture du 14 juillet (photo: NIFFF/Caitlin Cronenberg) Le cinéaste canadien remettra le prestigieux Narcisse H.R. Giger du meilleur film à l'un des 16 films en lice lors de la cérémonie de clôture du 14 juillet (photo: NIFFF/Caitlin Cronenberg)

Le président du 18e Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF) est connu! David Cronenberg, cinéaste canadien, présidera le festival du 6 au 14 juillet. Il remettra le Narcisse H.R. Giger du meilleur film à l'un des 16 films en lice lors de la cérémonie de clôture du 14 juillet.

Lors d'une conférence publique et gratuite qui se tiendra dans le cadre du label NIFFF Extended (12.07.18 au Théâtre du Passage à 16h), David Cronenberg abordera son rapport à la littérature en revenant sur ses adaptations cinématographiques et sur son parcours d'écrivain. Son premier roman Consumed (2014) a donné lieu à de nombreuses traductions après sa publication.

Les quatre films choisis par David Cronenberg dans le cadre de sa carte blanche seront l'occasion de se plonger dans les grandes références cinématographiques du cinéaste :

  • THE INCREDIBLE SHRINKING MAN Jack Arnold, US, 1957

  • HOUR OF THE WOLF Ingmar Bergman, SE, 1968
  • WOMAN IN THE DUNES Teshigahara Hiroshi, JP, 1964
  • SPIRITS OF THE DEAD – TOBY DAMMIT Federico Fellini, FR/IT, 1968

Ses premiers longs métrages Stereo (1969) et Crimes of the future (1970) annonçaient déjà les thématiques qui jalonneront la carrière de l’artiste : la science, les pulsions, le corps et les profondes abysses de l’âme humaine. De 1975 à 1996, Cronenberg imprime sa marque dans l’histoire du cinéma fantastique avec des films tels que Shivers (1975), Rabid (1977), The brood (1979), Scanners (1981) ou Videodrome (1983). Avec The dead zone (1983), The fly (1986) et Dead ringers (1988), Cronenberg développe un cinéma qui s’adresse à un plus grand public. Durant la décennie suivante, il réalise trois films essentiels: Naked lunch (1991), Crash (1996) et Existenz (1999), qui synthétisent autant le cinéma d’auteur que le cinéma de genre, tout en préfigurant l’esthétique contemporaine. Devenu une signature incontournable, le réalisateur canadien se tourne ensuite vers d’autres types de productions, signant entre autres les marquants History of violence (2005), Eastern promises (2007), Cosmopolis (2012) et Maps to the stars (2014). /mmi-comm


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus