Chaises musicales à Val-de-Travers

Loïc Frey a démissionné du Conseil général de Val-de-Travers et de l’UDC Neuchâtel mais reste ...
Chaises musicales à Val-de-Travers

Deux conseillers généraux UDC de Val-de-Travers viennent de démissionner, dont Loïc Frey, qui quitte aussi l’UDC cantonale. Et un nouveau conseiller communal doit être élu

Deuxième revers pour l'UDC Loïc Frey. Loïc Frey a démissionné du Conseil général de Val-de-Travers et de l'UDC Neuchâtel .

Le groupe UDC du Conseil général de Val-de-Travers enregistre deux nouvelles démissions : celles de Caroline Di Paolo et de Loïc Frey.

Loïc Frey quitte donc le législatif de Val-de-Travers et la présidence de la section vallonnière, mais il a aussi démissionné de l’UDC neuchâteloise alors qu’il occupait le poste de vice-président. Les raisons de ces démissions sont personnelles, explique-t-il. Loïc Frey est désormais affilié à l’UDC suisse. À ce titre il garde l’étiquette UDC pour honorer son mandat de député au Grand Conseil neuchâtelois, le seul mandat qu’il conserve.

 

Beaucoup de changements en quelques mois

Au Vallon l’UDC a gagné trois sièges lors des élections communales de juin 2016 par rapport à la précédente législature. Mais depuis que Manfred Neuenschwander siège en tant qu’indépendant, l’UDC n’a plus que huit représentants au législatif. Alexandre Willener et Jean-Paul Chédel, qui ont lâché leur mandat, ont été remplacés. Le premier des viennent-ensuite, Jean-Claude Schülé, avait refusé pour des raisons professionnelles. Tout récemment, un autre des viennent-ensuite a accepté de prendre la place d’un démissionnaire. Il s’agit de Sokol Mehmetaj, qui pourra siéger lors de la prochaine séance, le 28 août. David Läderach, lui, a refusé. L’UDC n’a donc plus personne sur la liste des viennent-ensuite. Mais elle peut proposer un électeur communal. Elle s’est à nouveau tournée vers Jean-Claude Schülé, qui avait perdu le statut de viennent-ensuite en refusant une première fois d’intégrer le Conseil général. Cette fois, il accepte.

 

Élection complémentaire au Conseil général

Il y aura donc une élection complémentaire, avec une procédure simplifiée. Le Conseil communal doit donner son aval, publier l’information dans la Feuille officielle et attendre six jours, soit le délai laissé pour permettre de s’opposer à cette élection. Jean-Claude Schülé ne sera donc pas encore élu lors de la séance extraordinaire du 28 août, qui n’a qu’un objet à l’ordre du jour : l’élection d’un conseiller communal. L’UDC revendique encore et toujours un siège au sein de l’exécutif. Elle a décidé lundi soir de présenter quelqu’un. Un ou plusieurs candidats, le choix n’est pas encore arrêté. On rappelle que la section a récemment retiré son initiative communale visant à obtenir l’élection du Conseil communal par le peuple. Le délai courait jusqu’au 15 août mais trop peu de signatures ont été récoltées.

 

Élection complémentaire au Conseil communal

Le Parti libéral-radical cherche donc un remplacement à Thierry Michel, qui a démissionné du Conseil communal pour prendre la tête du service cantonal de la sécurité civile et militaire. Il y a déjà trois personnes qui se sont déclarées intéressées, certaines qui siègent actuellement au Conseil général, d’autres qui se sont investies dans la région par le passé. Mais d’éventuelles autres candidatures peuvent encore arriver jusqu’à la fin du délai, vendredi à midi. Le comité du PLR se réunit lundi prochain. Le candidat – ou la candidate – sera désigné(e) mercredi 23 août lors de l’assemblée générale. Et le Conseil général de Val-de-Travers fera donc son choix le lundi suivant, le 28 août. /msa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus