Une étude pour assainir le Châtelot

Un premier pas dans la réduction de l’effet des éclusées dues à l’exploitation du barrage du ...
Une étude pour assainir le Châtelot

 L'usine du Châtelot n'a pas fini de faire couler de l'encre. (Photo : archives).

Un premier pas dans la réduction de l’effet des éclusées dues à l’exploitation du barrage du Châtelot sur le Doubs franco-suisse. Le Département fédéral de l’environnement a rendu mercredi une décision d’obligation d’assainir. Dès lors, l’étude de variantes d’assainissement pour le secteur Châtelot – Biaufond peut être lancée. Le rapport final est attendu pour le premier semestre 2017.

Des études commandées par les cantons de Neuchâtel et du Jura ont démontré en 2015 que le Doubs franco-suisse subit une atteinte grave due à l’exploitation de la force hydraulique en raison des éclusées, en particulier celles issues de l'exploitation de l'usine du Châtelot. Les autorités suisses et françaises ont alors repris le dossier.

Variantes à l'étude

Différentes variantes d’études sont à analyser pour l’atténuation des effets des éclusées : l’utilisation des groupes actuels et l’installation d’un nouveau dispositif de turbinage ainsi que l’option de l’augmentation du débit plancher. Les mesures seront évaluées sous l’angle technique, économique et environnemental.

Après la remise du rapport durant le premier semestre 2017, les autorités devront choisir la variante retenue. Les mesures seront financées à 50% par la Confédération. La part de financement apportée par la France est déterminée par l’Agence de l’eau, établissement public du Ministère chargé du développement durable. /comm-mwi


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus