Suisse: une course contre le temps à gagner

Xherdan Shaqiri et Noah Okafor, les deux grands absents face au Brésil, seront-ils d'attaque ...
Suisse: une course contre le temps à gagner

Suisse: une course contre le temps à gagner

Photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Xherdan Shaqiri et Noah Okafor, les deux grands absents face au Brésil, seront-ils d'attaque vendredi face à la Serbie ? Il est encore trop tôt pour le dire.

Mardi matin, les Bâlois ont suivi en partie l'entraînement auquel n'ont pas participé les titulaires de la rencontre de lundi soir. Xherdan Shaqiri souffre d'une gêne musculaire à la cuisse, Noah Okafor au mollet. 'Nous en saurons davantage demain mercredi, indique le directeur des équipes nationales Pierluigi Tami. Nous serons alors à J-2 du match. Il est important qu'ils soient en mesure de participer à la séance collective pour pouvoir jouer vendredi.'

Le staff de l'ASF voulait toutefois se montrer d'un naturel optimisme quant à la présence des deux attaquants face à la Serbie.

Edimilson Fernandes le couteau suisse de Murat Yakin

Tel Merlin l'Enchanteur, Murat Yakin sortira peut-être de son chapeau une solution bien improbable pour pallier l'éventuel forfait de Xherdan Shaqiri et de Noah Okafor. Qui peut dire qu'Edimilson Fernandes, crédité d'une bonne rentrée lundi pour ses premiers pas dans la sélection de Murat Yakin, n'aura pas un rôle à jouer face à la Serbie ?

'Murat Yakin va très vite comprendre que mon cousin peut jouer à tous les postes', confiait Gelson Fernandes avant le début de la Coupe du monde. A entendre Edimilson, homme de peu de mots, le sélectionneur a mis deux semaines pour comprendre. 'Le temps pour apprendre à nous connaître', sourit le joueur de Mayence.

No 10 de formation avec le FC Sion qu'il a quitté il y a six ans déjà pour West Ham, Edimilson Fernandes évolue aujourd'hui comme axial droit dans la défense à trois de Mayence. Lundi soir, il est entré pour occuper, dans un premier temps, le flanc gauche avant de basculer à droite. 'Devant ou derrière, je suis prêt à jouer partout. Murat Yakin est venu me voir début octobre à Mayence contre Leipzig. Il m'a dit que je serai sur la liste pour cette Coupe du monde', glisse le Valaisan.

'La preuve que tout peut aller très vite dans le football'

Sur le papier, Edimilson Fernandes est la doublure de Silvan Widmer, son capitaine à Mayence, sur le flanc droit de la défense. Même, si de son propre aveu, il n'a jamais évolué comme latéral droit dans une défense à quatre. Seulement, sa présence s'explique par cette notion de flexibilité si chère au sélectionneur. Et aussi pas la force de caractère qu'il a démontrée pour convaincre à Mayence un entraîneur - le Danois Bo Svensson - qui ne voulait plus de lui l'an dernier. Prêté à l'Arminia Bielefeld puis aux Young Boys, il a attendu vainement cet été un transfert pour quitter Mayence.

On connait la suite de l'histoire. Edimilson s'est accroché, a gagné sa place à l'entraînement pour jouer un match de Coupe du monde contre le Brésil. 'La preuve que tout peut aller très vite dans le football', lâche-t-il. La preuve aussi que son talent, unanimement reconnu, ne s'exprime que lorsqu'il parvient à évacuer cette forme d'indolence qui l'a trop souvent caractérisé par le passé.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus