Faux témoignages confirmés, mais peines allégées

Il a fallu trois audiences et plus de huit mois pour tenter de faire la lumière sur une affaire ...
Faux témoignages confirmés, mais peines allégées

Rudakov et Danese Les anciens dirigeants xamaxiens Olga Danese et Andrei Rudakov ont été condamnés pour faux témoignages.

Il a fallu trois audiences et plus de huit mois pour tenter de faire la lumière sur une affaire de faux témoignages de deux anciens dirigeants xamaxiens. « Tenter », car de nombreuses zones d’ombres demeurent comme l’a reconnu le juge unique du Tribunal de La Chaux-de-Fonds, Christian Hänni.

Olga Danese et Andrei Rudakov ont finalement été condamnés vendredi matin à 75 jours amende avec sursis pendant deux ans. Le flou qui entoure la durée d’un contrat de travail n’a pas permis d’acquitter les deux prévenus, qui voient toutefois leur peine allégée de 15 jours par rapport au premier jugement.

 

Expertise du contrat

Au centre des débats, donc, un contrat de travail : celui de Christophe Moulin, directeur technique de Neuchâtel Xamax à l’époque. Il avait signé son contrat le 12 juin 2011, un contrat à durée déterminée. Or, lors de la procédure de faillite du club, Olga Danese et Andrei Rudakov avaient prétendu avoir signé un contrat à durée indéterminée.  C’est pour cette raison qu’ils avaient  été condamnés pour faux témoignages. Une condamnation qui faisait l’objet de leur recours.

L’audience de vendredi matin devait apporter des compléments de preuves, après les deux premières audiences du mois de mars.  La meilleure des preuves sur la durée du contrat, c’est évidemment le contrat lui-même. Le juge unique du tribunal l’a entre les mains depuis le début de la procédure. Il stipule bien que la durée était déterminée, avec les signatures d’Olga Danese et Andrei Rudakov. Christian Hänni a annoncé que l’expertise de ce contrat ne permettait pas de conclure à un faux.  

 

Témoins pas crédibles

On a aussi appris vendredi qu’Olga Danese a présenté un homme qui a livré un faux témoignage  lors de l’audience du 21 mars. Il a d’ailleurs été condamné  pour ce faux témoignage.

Et puis, pour équilibrer les doutes dans cette affaire déjà très compliquée, il s’avère que le témoignage d’une ancienne secrétaire du club, lors de la même audience, n’était pas crédible. Elle a affirmé avoir vu ce contrat à durée déterminée juste après sa signature, le soir du 12 juin,  sur la boîte mail d’Andrei Rudakov. Impossible !  La nouvelle adresse e-mail de Xamax n’a été activée qu’une semaine après  la signature du contrat… Cette jeune femme  risque aussi d’être poursuivie pour faux témoignage.

 

Pas de certitude absolue

A l’heure du jugement, Christian Hänni a insisté sur le fait que plus on avançait dans cette affaire et plus elle devenait floue. Il a aussi  rappelé que le doute doit profiter aux prévenus, qui se disent victimes des méthodes Chagaev et qui n'avaient à priori aucun intérêt à défendre le Tchétchène.  Mais dans ce cas, il n’y a pas de certitude absolue. Pour le juge unique, la pierre angulaire reste le contrat.

Le tribunal a finalement réduit les peines de 90 à 75 jours amende, avec sursis pendant deux ans. Des jours amende à 10fr pour Olga Danese et à 35 fr pour Andrei Rudakov, qui paieront en outre chacun 1000fr pour les frais de la cause.

On peut s’attendre à ce que les deux condamnés, qui se défendaient tout seuls,  fassent appel de ce jugement. /fpa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus