La droite neuchâteloise unie contre la caisse publique

Une semaine après le comité neuchâtelois en faveur de la caisse publique d’assurance-maladie ...
La droite neuchâteloise unie contre la caisse publique

Caisse publique, droite, comité neuchâtelois, opposants Les opposants neuchâtelois ont joué sur la mise en scène pour évoquer l'inconfort que représenterait à leurs yeux une caisse publique pour les assurés.

Une semaine après le comité neuchâtelois en faveur de la caisse publique d’assurance-maladie, c’est au tour des opposants de faire part de leurs arguments. Un comité composé des partis de droite (PLR, UDC, PBD, PDC et Vert'libéraux) s’est formé pour l’occasion. Leur campagne joue notamment sur le visuel : devant les médias jeudi, ils ont entassé plusieurs personnes dans une caisse en verre pour symboliser l’inconfort que représenterait une caisse unique.

Sur le fonds, le comité interpartis neuchâtelois reconnaît que le système actuel n’est pas satisfaisant. Selon lui, l’instauration d’une caisse publique d’assurance maladie n’est cependant pas la bonne solution.

 

La caisse unique ne permettra pas de faire des économies, selon le comité

Aux yeux des opposants, ce projet ne permettra pas de faire baisser les primes. Pour le canton de Neuchâtel par exemple, les hospitalisations hors canton et les finances vacillantes de l’Hôpital neuchâtelois conduiront toujours à une augmentation des coûts et donc des primes, selon le comité, qu’il y ait une ou plusieurs caisses.

Les opposants estiment aussi qu’une caisse unique deviendrait un lourd paquebot administratif qui risque d’être moins efficace que les caisses actuelles. Les coûts liés à cette administration unique ne diminueraient en tout cas pas, à leurs yeux.

 

Le comité de droite défend le libre choix

Autre argument avancé par le comité du non : l’absence de choix avec une caisse unique. A l’heure actuelle, un patient peut choisir entre changer de caisse ou de médecin, ce qui ne serait plus le cas avec une caisse unique qui ne reconnaîtrait pas un praticien.  

Pour améliorer la situation, le comité interpartis neuchâtelois serait davantage prêt à soutenir un système hybride comprenant une caisse publique et des caisses privées.

Le peuple suisse aura le dernier mot le 28 septembre sur ce projet de caisse publique d’assurance-maladie. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus