Les piscines neuchâteloises font la grimace

Les piscines du canton de Neuchâtel ont souffert du mois de juillet pluvieux. Les visiteurs ...
Les piscines neuchâteloises font la grimace

 Apparence trompeuse : le beau temps n'aura pas régné en maître sur les piscines du Nid-du-Crô en juillet.

Les piscines du canton de Neuchâtel ont souffert du mois de juillet pluvieux. Les visiteurs ont presque complètement déserté les bains en plein air.

Dans le canton, on peut diviser par deux ou plus le nombre de visiteurs du mois de juillet par rapport à l’année précédente. Aux Mélèzes, à La Chaux-de-Fonds, on comptabilise aussi la moitié moins d'entrées. A la piscine du Communal au Locle, tout comme à la piscine des Combes à Val-de-Travers, le déficit est plus important, avec deux tiers de nageurs en moins.  Au Landeron, le taux se monte même à 75%. C'est au Val-de-Ruz, à Engollon, que les dégâts sont les plus importants avec  80% d'entrées en moins.

Aux piscines du Nid-du-Crô, à Neuchâtel, la donne est un peu différente. Si la piscine intérieure est fermée depuis le 14 juillet pour la révision annuelle,  les baigneurs ont pu utiliser tous les bains pendant la première partie du mois. C’est donc la seconde quinzaine qui a été très décevante avec seulement 11'000 entrées à la place des 20'000 de l’année précédente.

 

Et le personnel ?

Chaque piscine possède sa propre stratégie en matière de personnel.  A La Chaux-de-Fonds, des gardes-bains sont appelés en renfort des surveillants fixes en cas de grosse affluence. Ce mois-ci, ces travailleurs sur appel sont restés chez eux. Au Val-de-Ruz, c’est la même politique.

Au Locle, 10 personnes sont engagées avant le début de la saison avec un contrat fixe. Pas question donc de les renvoyer chez eux. Mais à la place, ils s’occupent des travaux de jardinage et de l’entretien de la piscine.

Pour Neuchâtel, 10 garde-bains fixes sont engagés. Douze auxiliaires peuvent aussi être appelés en fonction du travail à accomplir, même s'ils n’auront pas été très souvent mis à contribution durant le mois de juillet. C'est une perte pour ces jeunes gens qui font de cette activité une rentrée monétaire pendant leurs congés estivaux.

Heureusement, comme la piscine intérieure est vidangée et subit son nettoyage annuel, il y a tout de même  des petits boulots à accomplir pour les gardes fixes et les auxiliaires. Mais en cas de pénurie de travail, ce sont les auxiliaires qui sont renvoyés à la maison.

Le mois de juillet millésime 2014 aura donc fait beaucoup de mal aux piscines du canton. Espérons qu’août ne sera pas du même acabit. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus