Affaire Perrin : le Conseil d’Etat veut maintenir le cap

« Le bon fonctionnement des institutions est assuré ». Le Conseil d’Etat neuchâtelois cherche ...
Affaire Perrin : le Conseil d’Etat veut maintenir le cap

« Le bon fonctionnement des institutions est assuré ». Le Conseil d’Etat neuchâtelois cherche à rassurer, au lendemain du départ d’Yvan Perrin en clinique.

Le gouvernement s'est réuni vendredi en séance extraordinaire afin d'évoquer la situation. Le Conseil d'Etat prend acte du retour en clinique de l'élu UDC et lui transmet sa compassion. Le communiqué de presse diffusé n’évoque pas encore d’éventuelle démission et ne donne pas de délai de retour à Yvan Perrin.

A la suite de ce nouveau départ en clinique, le collège a décidé de se répartir les responsabilités et les dossiers. « Il ne s'agit plus d'une suppléance, mais d'une reprise de département », indique la chargée de communication de l'Etat. La répartition des départements se fait de la même manière que celle qui avait prévalu lors de la première absence d’Yvan Perrin.

 

L'UDC neuchâteloise partagée

Yvan Perrin ne devrait en tout cas pas démissionner avant lundi. Il est actuellement incapable de discernement en raison d’un important traitement médicamenteux, selon le secrétaire politique de l’UDC neuchâteloise Jean-Charles Kollros.

L’UDC neuchâteloise se dit déçue du manque de position claire du Conseil d’Etat. Au sein du parti, deux fronts se dessinent. Certains membres attendent une démission rapide de l’élu. D'autres souhaitent attendre la fin de l’été pour lui laisser une chance.

Le départ d'Yvan Perrin entraînerait la tenue d’une élection complémentaire. /aju-abo-comm


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus