Assistance au suicide : médecin neuchâtelois acquitté

Le médecin neuchâtelois qui avait prescrit une substance létale à son patient en 2011 a été ...
Assistance au suicide : médecin neuchâtelois acquitté

Le médecin neuchâtelois impliqué dans une affaire d’assistance au suicide a été acquitté. En 2011, il avait prescrit une substance létale à son patient âgé de 89 ans. L’homme était rejugé mercredi après-midi par la Cour pénale du canton de Neuchâtel. Il avait été condamné l’été dernier en première instance à une amende symbolique de 500 francs. Le praticien avait fait appel.

Comme l'a rappelé d'emblée l'avocat du praticien, « Dans cette affaire, on est au carrefour de l’éthique et du droit ». Toute la difficulté consistait à démontrer que l’anamnèse du médecin était suffisante pour déterminer si le patient était en fin de vie.

Pour le Ministère public, le praticien s’est contenté de supposer le caractère incurable de la maladie de son patient. Il aurait dû procéder à un examen plus complet, ce que le patient refusait catégoriquement. Le vieil homme avait déjà tenté de se suicider une première fois, et menaçait de recommencer. Face à l'urgence de la situation, le médecin lui a proposé les services d'Exit. Il lui a également prescrit la dose de pentobarbital afin qu'il puisse mettre fin à ses jours.

Au vu de la situation, la Cour pénale a estimé que l’anamnèse du médecin était suffisante. Elle s’est basée entre autres sur un arrêt du Tribunal fédéral datant de 2006, selon lequel chaque personne capable de discernement doit pouvoir choisir sa propre mort. Un argument qui rejoint la position d’Exit Suisse-romande. Son président, Jérôme Sobel, s'est déjà félicité de cette victoire pour son association, et pour tous les médecins « qui doivent prendre des décisions dans des situations parfois difficiles ».

Le Ministère public a maintenant 30 jours pour faire recours au Tribunal fédéral. /sco


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus