Un festival électro au stade de La Maladière

Le stade de la Maladière à Neuchâtel transformé en un dancefloor géant le temps d’une journée ...
Un festival électro au stade de La Maladière

 Luigi Stanchieri pose devant le stade qui servira d'écrin à son festival.

Le stade de La Maladière à Neuchâtel transformé en un dancefloor géant le temps d’une journée : la première édition du Qbiix day festival se tient le samedi 9 août, avec Bob Sinclar en tête d’affiche. Neuf autres artistes nationaux et internationaux sont prévus derrière les platines, dont le Suisse Mike Candys et le Français Joachim Garraud.

Cet événement propose 12 heures de musique électronique, avec une particularité : les concerts démarrent en fin de matinée et se terminent à 23 heure. Selon les organisateurs, c'est une manière d’éviter les nuisances sonores pour les riverains, dont l’Hôpital neuchâtelois situé à proximité du stade de La Maladière.

Derrière ce projet, on trouve la toute jeune association à but non lucratif DotCom Events qui réunit des passionnés de musique vivant dans le canton de Neuchâtel. En 2012, elle s'est lancée dans l'organisation de soirées électro. A cette époque déjà, le projet du Qbiix Day naît dans la tête du comité d'organisation. Notre volonté? Animer encore davantage cette ville de Neuchâtel! Et puis le stade est un endroit superbe, il faut l'utiliser!, s'enthousiasme Luigi Stanchieri, responsable du sponsoring pour le Qbiix Day.

 

Soutien de la Ville

Le budget de la manifestation est élevé : entre 500'000 et 600'000 francs. La majeure partie est dédiée aux infrastructures et aux cachets des artistes. En août, la concurrence avec les autres festivals européens est particulièrement rude!

Les organisateurs tablent sur la vente de 8'000 billets d'entrée afin de couvrir leur frais. La commune de Neuchâtel soutient l'événement à hauteur de 25'000 francs. Elle loue également le stade de La Maladière aux organisateurs pour un montant de 20'000 francs. Le conseiller communal en charge de la culture, Thomas Facchinetti, ne cache pas son enthousiasme pour cette manifestation qu'il juge originale et innovante. Même si le projet est ambitieux et que la prise de risque existe, nous avons décidé de le soutenir.

Pour Thomas Facchinetti, pas question de dépasser le couvre-feu en matière d'horaires, car la configuration du lieu ne le permet pas. Le stade est situé au coeur de la ville, à côté d'un hôpital, les riverains doivent être épargnés.  Le conseiller communal ajoute que ce stade a été construit pour qu'on y joue au football. Il y a en moyenne trois matches ou entraînements par jour, l'infrastructure est donc suffisamment exploitée, même si l'on aurait préféré y voir évoluer une équipe phare ! /sco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus