Huis clos partiel dans l’affaire Hainard ?

Audience purement formelle lundi après-midi au Tribunal de police à Neuchâtel dans le cadre ...
Huis clos partiel dans l’affaire Hainard ?

 La date du procès de Frédéric Hainard et de son ancienne collaboratrice n'a pas été arrêtée.

Audience purement formelle lundi après-midi au Tribunal de police à Neuchâtel dans le cadre de l’affaire Olivia. L’ancien conseiller d’Etat Frédéric Hainard et sa collaboratrice sont prévenus d’abus d’autorité, de contraintes et de faux dans les titres.

Les avocats de la défense et des parties plaignantes, le procureur et le juge ont discuté de la suite de la procédure. Les avocats des deux parties ne sont pas d’accord sur plusieurs éléments, notamment sur le huis clos partiel demandé par l’ancienne collaboratrice de Frédéric Hainard. Ce huis clos est appuyé par une expertise psychiatrique. Selon l’expert, l’ancienne collaboratrice est inapte à comparaître, à moins qu’elle ne soit pas exposée aux médias.

Les parties plaignantes rejettent cette expertise qui contient, selon eux, de graves contradictions tant sur le plan médical que sur les causes des maux dont souffre la prévenue. Ils demandent une nouvelle expertise et souhaitent que la presse puisse participer à l’entier du procès, y compris à l’audition de l’ancienne collaboratrice.

 

Auditions en Amérique latine

L’autre point qui divise les parties concerne la procédure engagée par le Ministère public de la Confédération (MPC) sur les agissements des deux prévenus lors d’auditions en Amérique latine. Les parties plaignantes souhaitent que cette procédure soit administrée en tant que preuve.

La défense s’y oppose. D’une part parce que la procédure est en cours et, d’autre part, parce que les infractions reprochées à Frédéric Hainard et à son ancienne collaboratrice ne sont pas similaires dans les deux affaires.

Sur ces deux points, le juge Seiler n’a pas statué dans l’immédiat. Il va prendre contact avec le MPC pour avoir accès au dossier. Il jugera ensuite de la pertinence ou non d’administrer cette preuve. Idem pour l’expertise psychiatrique et le huis clos partiel.

Les parties se sont entendues sur une chose : il faut avancer dans cette affaire.

On ignore encore la date du procès. /sma


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus