Nombreux efforts financiers en vue pour l’Hôpital neuchâtelois

L’Hôpital neuchâtelois fait le point sur l’année 2012. Sur le plan financier, les comptes bouclent ...
Nombreux efforts financiers en vue pour l’Hôpital neuchâtelois

 L'HNe a investi plus de 4 millions de francs dans les bâtiments et dans l'équipement de son site chaux-de-fonnier, en 2012.

L’Hôpital neuchâtelois fait le point sur l’année 2012. Sur le plan financier, les comptes bouclent sur un déficit de 473'000 francs. Malgré tout, le résultat est positif aux yeux de la direction. L’HNe affiche des charges maîtrisées et des recettes en hausse de 9%. Le bénéfice d'exploitation s'élève à 12 millions de francs qui ont permis un rattrapage sur les 28 millions de francs d'amortissements encore à couvrir.

L’avenir financier de l’institution s’annonce toutefois moins serein. L’Hôpital neuchâtelois va devoir débourser 22 millions de francs en 2014 pour la recapitalisation de Prévoyance.ne. A la suite de la décision du Tribunal fédéral, il lui faudra aussi prévoir plusieurs millions de francs (les calculs sont en cours) pour dédommager les salariés lésés dans le versement de leur salaire. Le Conseil d’Etat neuchâtelois a aussi prié l’institution de poursuivre sur la voie des économies. Les finances risquent donc de souffrir ces prochaines années.

Aux yeux de la direction, l’HNe doit aussi se repositionner face à une concurrence toujours plus accrue et se montrer attractif, notamment pour attirer des médecins spécialisés.

 

L'Hôpital neuchâtelois en quête d'une ligne politique claire

Sur le plan politique, l’exercice 2012 a été marqué par l’approbation, en avril, du plan stratégique proposée par le Conseil d’Etat, qui prévoit d’installer la chirurgie stationnaire à La Chaux-de-Fonds et la chirurgie ambulatoire à Pourtalès. Ces décisions sont remises en cause par le référendum déposé mardi matin à la Chancellerie d’Etat, qui demande un site unique à Neuchâtel.

Le directeur général de l’HNe, Laurent Christe, s’est positionné contre ce référendum, à titre personnel. Selon lui, le texte fige certaines options et risque de retarder encore les décisions politiques. L’Hôpital neuchâtelois attend avec impatience une ligne directrice claire du politique pour aller de l’avant. Peut-être que le nouveau Conseil d’Etat sera en mesure de lui donner satisfaction. /sbe


Actualisé le

 

Articles les plus lus