La vie ordinaire archivée

Correspondances, journaux intimes ou livres de comptes : les armoires de l’Association pour ...
La vie ordinaire archivée

Archives Un livre de cuisine peut en dire long sur les habitudes alimentaires d'une époque.

Correspondances, journaux intimes ou livres de comptes : les armoires de l’Association pour la conservation des archives de la vie ordinaire (AVO) regorgent de documents qui témoignent du passé d'anonymes neuchâtelois.

Un patrimoine qu'il s'agit de conserver pour la postérité, car il donne un éclairage historique sur les habitudes des petites gens. Pour la présidente de l’AVO, Antoinette Béguin, ces témoignages sont ceux des muets de l’Histoire. Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont insignifiants.

Ces archives sont publiques, mais ce sont principalement les étudiants en histoire qui les consultent, notamment pour leurs travaux de mémoire. Les trésors sont soigneusement rangés dans les locaux de l'AVO, rue Pierre-à-Mazel à Neuchâtel.

 

Dix ans de collecte d'archives

L'Association pour la conservation des archives de la vie ordinaire fête ses 10 ans d'existence en 2013. A cette occasion, elle organise une série d'événements, dont l'exposition Que reste-t-il de nos amours? Souvenirs de mariages, à voir au Château de Valangin jusqu'à la fin du mois d'octobre. 
 
Antoinette Béguin ne s'en cache pas, cet anniversaire, c'est aussi l'occasion de rappeler aux gens que leurs documents d'archives peuvent nous intéresser. /sco
 
 

Archives La conservatrice des Archives de la vie ordinaire, Jacqueline Rossier, est fière des trésors que contiennent les armoires de l'association.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus