Le prix de la démocratie: 200'000 francs

L’élection complémentaire au Conseil d’Etat neuchâtelois, dimanche, ne déclenche pas les passions ...
Le prix de la démocratie: 200'000 francs

Louis Dubois (à gauche sur la photo) et Laurent Kurth Les candidats Louis Dubois (à gauche) et Laurent Kurth.

L’élection complémentaire au Conseil d’Etat neuchâtelois, dimanche, ne déclenche pas les passions. C’est le moins qu’on puisse dire… Le duel Laurent Kurth - Louis Dubois est trop déséquilibré. On s’achemine vers un taux de participation d’à peine 20%.

Mais scrutin déséquilibré et sans intérêt ne veut pas dire scrutin bon marché. La démocratie n’a pas de prix. Le coût de l’organisation d’une telle élection se monte à environ 200'000 francs pour le Canton. L’impression des bulletins de vote revient à 60'000 francs; les frais d’expédition et de port pour le tous-ménages coûtent 120 000 francs.  A cela, il faut encore ajouter divers frais, qui amènent à ces fameux 200’000 francs.

 

Dubois de sa poche

Pour la campagne pré-électorale,  la somme de 25'000 francs a été investie par les deux candidats. Là aussi, le déséquilibre est criant : le Parti socialiste neuchâtelois a déboursé 20'000 francs pour son candidat Laurent Kurth. Cela se traduit pas des affiches et un tous-ménages.

La campagne de Louis Dubois se résume, elle, à des affiches et des flyers distribués dans les rues. Son coût : à peine 5000 francs. L’Entente cantonale a pris en charge un tiers de cette somme, un sponsor un autre tiers, et le reste vient de la poche du candidat Louis Dubois.

RTN sera en direct du château de Neuchâtel, dimanche dès 12h15, pour relater et commenter cette élection complémentaire au Conseil d’Etat. /fpa


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus