L'ex-policier aimait trop les sites pornos

Consulter des sites pornographiques ne permet pas de retrouver un emploi au sein de la police ...
L'ex-policier aimait trop les sites pornos

Consulter des sites pornographiques ne permet pas de retrouver un emploi au sein de la police neuchâteloise. Le Tribunal fédéral a écarté le recours de cet homme, qui se prévalait de la lutte contre la pédopornographie.

L'ex-agent n'avait pas pu décrocher un emploi à la police cantonale lors de l'intégration de la police communale à celle-ci, en 2006. Il avait été auparavant suspendu de ses fonctions suite à l'ouverture d'une enquête pour téléchargement de document pédophiles.

Devant le Tribunal de police, l'agent avait été exempté de peine. Le juge avait considéré que l'agent avait agi pour un mobile honorable, soit la lutte contre la pédophilie sur internet.

Malgré ce verdict, les autorités cantonales neuchâteloises avaient décidé que l'homme était inapte à servir dans le corps de la police cantonale, ne remplissant pas la condition de bonne réputation.

Le Tribunal cantonal avait notamment relevé que l'agent avait  procédé au téléchargement et au visionnement de vidéos à caractère pédophile et zoophile sur internet pendant plusieurs années à son  domicile privé.

Il l'avait fait dans le but de lutter contre la criminalité mais en désaccord avec plusieurs membres de la police, qui lui avaient demandé de cesser immédiatement ses investigations.

Dans un arrêt, diffusé mercredi, le TF rappelle que l'homme a été  prévenu par au moins deux autres membres de la police d'un grade supérieur au sien qu'il transgressait les limites de ses attributions en menant ses propres enquêtes. Il relève que de tels actes peuvent nuire à la crédibilité du corps de police. /ats-aju


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus