Mariages et salaire minimum soumis au peuple

Week-end de votations dans le canton de Neuchâtel. Sur le plan cantonal, la population se ...
Mariages et salaire minimum soumis au peuple

Elections, votations

Week-end de votations dans le canton de Neuchâtel.

Sur le plan cantonal, la population se prononce sur l'introduction du principe d'un salaire minimum dans la Constitution neuchâteloise. Les partisans souhaitent inscrire ce principe pour assurer un salaire décent aux 10 % de travailleurs pauvres, c’est-à-dire les personnes qui, même en travaillant à 100%, sont contraintes de recourir à l’aide sociale pour joindre les deux bouts.
Si la gauche et les syndicats y sont favorables, la droite et les associations patronales s’y opposent farouchement. Elles déplorent notamment l’ingérence de l’Etat dans les relations entre employeurs et employés. Les opposants estiment qu’il est inutile d’inscrire ce principe dans la Constitution neuchâteloise. Pire, ce principe menacerait les conventions collectives de travail qui, pour certaines, pourraient être plus élevées que le salaire minimum.

Car, si le décret est accepté, seul le principe sera inscrit dans la Constitution. Et il faudra négocier une nouvelle loi pour fixer le montant de ce salaire minimum. Une initiative sur le plan suisse prévoit la fixation d’un salaire minimum de 4'000 francs par mois.
 

Deux mariages au programme

Les citoyens d’Auvernier, Bôle et Colombier décident dimanche s’ils unissent leur destin pour former la commune de Milvignes. Elle compterait 10'000 habitants et un coefficient fiscal de 58.

Les citoyens du Val-de-Ruz, à l’exception de Valangin, se prononcent également sur une convention de fusion. En cas de oui, les quinze communes vaudruziennes formeront la troisième plus grande commune du canton avec 15'000 habitants et un coefficient fiscal de 61. Pour que les deux mariages soient consommés, toutes les communes sans exception doivent accepter les conventions de fusion.

Si la campagne déchaîne les passions dans le Val-de-Ruz où plusieurs affiches ont été arrachées, elle se déroule dans une ambiance bon enfant sur le Littoral. Partisans et opposants à la fusion de Milvignes sont invités à se retrouver dimanche dès midi autour d’un verre à la salle polyvalente d’Auvernier.

Si ces deux fusions passent la rampe du peuple, le canton de Neuchâtel passera de 53 à 37 communes.
 

Deux autres votations communales

A La Sagne, les citoyens se prononcent sur un crédit de 26'000 francs pour la mise en application des mesures de modération du trafic dans le village.
Au Cerneux Péquignot, ils doivent accepter ou non la réduction de 15 à 11 du nombre de conseillers généraux. /sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus