Les traditions évoluent dans la Confrérie des Olifants

La Noble Confrérie des Olifants en Pays de Neuchâtel célèbre ses 60 ans. Elle a toujours pour ...
Les traditions évoluent dans la Confrérie des Olifants

La Noble Confrérie des Olifants en Pays de Neuchâtel célèbre ses 60 ans. Elle a toujours pour but de défendre la gastronomie et le vignoble neuchâtelois, mais opère quelques changements. Elle s’ouvre notamment aux femmes.

Le Chapitre, ou comité, de la Confrérie des Olifants. (Photo:  Noble Confrérie des Olifants en Pays de Neuchâtel) Le Chapitre, ou comité, de la Confrérie des Olifants. (Photo: Noble Confrérie des Olifants en Pays de Neuchâtel)

Traditions et nouveautés pour les 60 ans de la Noble Confrérie des Olifants en Pays de Neuchâtel. Les défenseurs de la gastronomie et du vignoble neuchâtelois célèbrent ce samedi cet anniversaire. Fondée en 1964, la Confrérie était, à l’époque, composées de personnes venant uniquement de la région du Bas-Lac. Mais cela fait bien longtemps qu’elle est ouverte à des membres de tout le canton, elle a décidé que dernièrement d’enlever de son nom la mention de « Bas-Lac ». Deuxième nouveauté : les costumes. Le Gouverneur Pierre-Alain Sumi reconnaît que la traditionnelle tunique aux couleurs de la Confrérie n’est pas toujours très pratique. Ainsi elle sera portée pour toutes les parties officielles, les déplacements de représentation et les intronisations. Mais après ces parties officielles, les robes tomberont et les membres de la Confrérie porteront un tout nouveau costume avec l’effigie brodé sur la veste. Autre grande nouveauté cette année, validée par l’Assemblée général en avril, c’est que les femmes peuvent désormais intégrer la confrérie. « Elles faisaient partie de la Confrérie, mais elles avaient été intronisées à titre d’honneur », relève Pierre-Alain Sumi. « Aujourd’hui, avec notamment le côté égalité, on trouvait tout à fait normal que la gent féminine puisse intégrer notre Confrérie. »

Pierre-Alain Sumi : « Il y a aussi beaucoup de femmes qui ont repris des domaines viticoles dans le canton. »

« Il faut vivre avec son temps et essayer de se moderniser », clame Pierre-Alain Sumi. Une manière de continuer à attirer de nouveaux membres, des jeunes notamment, et d’anticiper un potentiel manque de renouvellement. Le Gouverneur de la Confrérie qui rappelle qu’il n’y a pas de critères particuliers pour les rejoindre. « Ce qui est important, c’est que la personne apprécie la gastronomie, qu’elle aime le bon vin ! »


Soixante ans de traditions

Malgré tout ces changements, les bases de la Noble Confrérie des Olifants en Pays de Neuchâtel restent les même depuis ses débuts en 1964. « Bien sûr qu’il y a toujours un côté protocolaire un peu et médiéval qui subsiste. » Et surtout l’objectif ne change pas : « Promouvoir et défendre les produits du terroir et les vins issus de nos vignobles. »

« Le but étant qu’il faut aussi que cela plaise aux gens et qu’ils participent à nos manifestations. »

Et la suite ? Pierre-Alain Sumi ne garantit pas qu’il sera encore là pour les 60 prochaines années. « Mais on va continuer avec les nouvelles synergies que l’on a, avec les nouvelles personnes du Chapitre », relève le Gouverneur. /lgn


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus