Une journée dédiée au 144 à La Chaux-de-Fonds

La journée nationale du 144 c’est ce samedi sur la place Espacité. L’occasion d’en apprendre ...
Une journée dédiée au 144 à La Chaux-de-Fonds

La journée nationale du 144 c’est ce samedi sur la place Espacité. L’occasion d’en apprendre plus sur les intervenants préhospitaliers et de se rappeler le numéro à composer en cas d’urgence médicale

Melvin Studer, ambulancier et membre de la section neuchâteloise de la Swiss Paramedic Association explique les gestes qui sauvent. Melvin Studer, ambulancier et membre de la section neuchâteloise de la Swiss Paramedic Association explique les gestes qui sauvent.

Le pire en situation d’urgence vitale, c’est de ne rien faire. Et la première chose à faire, c’est de composer le 144, le numéro d’urgence pour appeler une ambulance. Un numéro qui n’est pas encore ancré dans tous les esprits. À tel point qu’une journée nationale lui est consacrée.

Melvin Studer, ambulancier et membre de la section neuchâteloise de la Swiss Paramedic Association section : « Ça permet de gagner pas mal de temps en situation d’urgence quand on appelle le bon numéro »

Cette année, dans le canton de Neuchâtel, elle a lieu à La Chaux-de-Fonds. La place Espacité accueille ce samedi entre 9h et 18h toute une brochette d’intervenants préhospitaliers invités par la section neuchâteloise de la Swiss Paramedic Association. Il y a les partenaires « feux bleus » : pompiers, ambulanciers et SMUR (le service mobile d’urgence et de réanimation), les first responders (un réseau de secouristes bénévoles) et Groupe d’enseignement des premiers secours (GEPS). Des gens qui sont sollicités une fois que le 144 a été appelé.

« Si on ne rafraichit pas ses connaissances, les compétences et la confiance en soi diminuent. Et les gens hésitent à intervenir »

Leur but : promouvoir le numéro d’urgence 144 et sensibiliser la population neuchâteloise aux gestes de premiers secours.

Le public a l’occasion de grimper dans un camion de pompier, de visiter une ambulance, de découvrir le matériel utilisé ou de s’essayer à la réanimation cardio-pulmonaire et à la manipulation d’un défibrillateur automatique. Selon un récent sondage cité par la Swiss Paramedic Aassociation, en Suisse, une personne sur deux ne se sentirait pas capable de prodiguer un tel massage en situation d’urgence.

« Au fil des années, de plus en plus de personnes sont sensibilisées et conscientes de ce numéro »

/cwi


 

Actualités suivantes