Frédéric Mairy tourne la page Val-de-Travers

L’élu socialiste, Frédéric Mairy, quitte jeudi son costume de conseiller communal pour enfiler ...
Frédéric Mairy tourne la page Val-de-Travers

L’élu socialiste quitte jeudi son costume de conseiller communal pour enfiler celui de conseiller d’État. Il dresse le bilan de ses onze années passées à l’exécutif vallonier dans La Matinale

Frédéric Mairy, futur ministre en charge du Département de la santé, des régions et des sports. Frédéric Mairy, futur ministre en charge du Département de la santé, des régions et des sports.

C’est une page de près de onze ans que s’apprête à tourner Frédéric Mairy. Le Vallonier rend jeudi les clés du dicastère de l’économie, des finances, de la cohésion sociale et de la santé de Val-de-Travers. Il embrassera ensuite sa nouvelle fonction de Conseiller d’État. À l’heure de tirer le bilan, il s’estime privilégié d’avoir passé une dizaine d’années dans ce costume de conseiller communal. « Ça a été une expérience passionnante. J’ai eu la grande chance d’exercer un métier qui m’a passionné et de pouvoir faire de la politique mon métier. Ce n’était pas le cas avant », explique Frédéric Mairy.

Des regrets sur les finances

Le futur ex-conseiller communal de Val-de-Travers notamment en charge des finances a dû composer avec une commune aujourd’hui encore table sur des déficits et voit ses revenus augmenter difficilement. De quoi faire naître des regrets ? « Oui bien sûr. La commune a vécu des belles années de 2009 à 2015, mais ensuite on a vu une progression de nos charges. Val-de-Travers n’est toutefois pas dans une situation dramatique », répond Frédéric Mairy. Le futur conseiller d’État note toutefois qu’il a eu « beaucoup de plaisir » à s’investir dans les domaines du tourisme et de la santé.

Val-de-Travers, berceau de conseiller d’État ?

Le parcours de Frédéric Mairy, qui passe donc de conseiller communal à conseiller d’État, rappelle furieusement celui de l’un de ses prédécesseurs : le Vallonier Jean-Nathanaël Karakash. Alors est-ce que le Val-de-Travers est une terre fertile pour les futurs ministres ? « On est à une taille qui permet à la fois de faire de la politique et mener des projets, mais aussi une taille qui permet de rester en contact avec le terrain et de voir si nos mesures sont efficaces », avance le futur ministre en charge du Département de la santé, des régions et des sports. /dpi


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus