Sorti(e) de boîte : Tide Ocean

Notre chronique économique s’intéresse cette semaine à une entreprise de Lengnau qui possède ...
Sorti(e) de boîte : Tide Ocean

Notre chronique économique s’intéresse cette semaine à une entreprise de Lengnau qui possède des succursales en Thaïlande, en Indonésie, aux Philippines et au Mexique. Son but est de récolter le plastique jeté dans les océans pour le revaloriser

Des pêcheurs récoltent les milliers de tonnes présentes dans les océans, comme ici en Thaïlande. (Photo : Tide Ocean). Des pêcheurs récoltent les milliers de tonnes présentes dans les océans, comme ici en Thaïlande. (Photo : Tide Ocean).

Nettoyer les océans, revaloriser le plastique et améliorer les conditions de vie dans certains pays en voie de développement. Ce sont les différents objectifs de l’entreprise Tide Ocean qui a ses bureaux à Lengnau et à Bâle. Près de 300 personnes s’activent pour récolter le plastique dans les océans de Thaïlande, des Philippines, d’Indonésie et du Mexique, puis le revalorisent à Bangkok pour créer des objets du quotidien.

L’entreprise a été fondée en 2009 par Thomas Schori qui s’est rendu compte qu’il y avait un très gros problème : près de 8 millions de tonnes de plastique sont jetées dans les océans chaque année. Il a alors décidé de lancer un projet pilote en Thaïlande. Il a ainsi engagé des pêcheurs pour récupérer ce plastique, qui est ensuite trié dans des locaux de l’entreprise présents dans le pays. Thomas Schori nous raconte les premières étapes de la récolte :

L'objectif de Tide Ocean est également d'améliorer le confort de vie des habitants des pays avec lesquels l'entreprise travaille. (Photo : Tide Ocean) L'objectif de Tide Ocean est également d'améliorer le confort de vie des habitants des pays avec lesquels l'entreprise travaille. (Photo : Tide Ocean)

Près de 2’000 à 3'000 tonnes sont récupérées par les quatre succursales présentes en Thaïlande, aux Philippines, en Indonésie et au Mexique.

Une fois ce plastique trié, il va être revalorisé. Tide Ocean est en collaboration avec de nombreuses entreprises pour créer différents objets. Maurice Lacroix par exemple a fabriqué une montre entièrement composée de plastique réutilisable. Le plastique labellisé Tide sera utilisé pour créer des jouets, des outils, des bracelets et finalement tout ce qui nous entoure et qui contient du plastique. Selon Thomas Schori, il n'est pas difficile de trouver des entreprises partenaires pour des raisons de marketing. Utiliser du plastique Tide, c’est mettre en avant le nettoyage des océans et donc c’est une bonne pub. Thomas Schori explique les différentes étapes de production :

Maurice Lacroix a créé une montre entièrement composée de plastique Tide. (Photo : Tide Ocean). Maurice Lacroix a créé une montre entièrement composée de plastique Tide. (Photo : Tide Ocean).

Tide Ocean a développé un concept de licence. Cela signifie donc que si des entreprises soutiennent la société dans les différents pays, le concept peut s’étendre rapidement. À noter encore que l’entreprise de Lengnau a aussi pour but d’éduquer la population des pays en voie de développement au recyclage. Pour ce faire, un programme a été mis en place. /lge


Actualités suivantes

Articles les plus lus