Les STEP neuchâteloises aussi concernées par la pénurie de produits chimiques

Les stations d’épurations peinent à se fournir en agents précipitants. À Neuchâtel, le fonctionnement ...
Les STEP neuchâteloises aussi concernées par la pénurie de produits chimiques

Les stations d’épurations peinent à se fournir en agents précipitants. À Neuchâtel, le fonctionnement est à flux tendu, même si aucun dépassement des normes de phosphore n’a été observé pour l’heure

Une vue de synthèse de la STEP de Neuchâtel une fois les travaux terminés d'ici 2025. (Photo: Ville de Neuchâtel) Une vue de synthèse de la STEP de Neuchâtel une fois les travaux terminés d'ici 2025. (Photo: Ville de Neuchâtel)

La presse dominicale s’en faisait récemment l’écho : les stations d’épuration de Suisse font face à une pénurie de certains produits chimiques essentiels à leur fonctionnement. En particulier, ces agents précipitants permettent d’éviter que des taux trop importants de phosphore ne soient rejetés dans les lacs et rivières du pays. Une situation qui aurait un impact sur le taux d’oxygène et engendrerait une prolifération des algues.

La station d’épuration de la Ville de Neuchâtel subit elle aussi les effets de cette situation. « On fonctionne à flux tendu, de semaine en semaine plutôt qu’à un horizon d’un mois », explique Antoine Benacloche, l’ingénieur communal. Les livraisons du produit en provenance d’Allemagne, principal pays producteur, sont moindres : la capitale cantonale reçoit le tiers des quantités habituelles. Une contrainte supplémentaire pour l’infrastructure neuchâteloise qui subit déjà de vastes travaux de transformations jusqu’en 2025.

Antoine Benacloche: « On travaille de semaine en semaine »

Limiter le phosphore dans les eaux suisses

Ces produits agissent dans la partie physique du traitement des eaux usées et permettent à la matière organique de se coaguler pour former ensuite des boues. « Cela nous abaisse jusqu’à 60-70% la matière en suspension, avant que l’eau ne subisse d’autres traitements biologiques », complète Antoine Benacloche. Une attention certaine est portée à cette situation. « On demande aux employés de faire très attention à la manière d’utiliser ces produits-là. Mais s’il en manque, il y a un moment donné où on n’arrivera plus, avec les caractéristiques physiques que l’on a, à répondre aux normes. »

Antoine Benacloche : « La STEP de Neuchâtel est l’un des plus grand apports en phosphore dans le lac »

Le Canton et la Confédération aux aguets

À Neuchâtel, le Service cantonal de l’environnement (SENE) est chargé de la surveillance des eaux. Les valeurs limites pourraient être atteintes à plusieurs endroits, selon des déclarations de l'Association suisse des professionnels de la protection des eaux. Pour la Ville de Neuchâtel, c’est encore plus réglementé. « La STEP de Neuchâtel, comme élément important d’apport dans le lac, a une exigence deux fois supérieure concernant le phosphore », rappelle Antoine Benacloche. Le discours est partout le même : rester dans les limites, même si la souplesse et quelques écarts pourraient être admis. La situation sur le front des livraisons devrait s'améliorer en début d'année prochaine. /lre


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus