Tomi Tomek : « Au début on nous prenait pour des sorcières »

SOS Chats fête dimanche ses quarante ans. La fondatrice de l’association Tomi Tomek revient ...
Tomi Tomek : « Au début on nous prenait pour des sorcières »

SOS Chats fête dimanche ses quarante ans. La fondatrice de l’association Tomi Tomek revient sur son installation parfois mouvementée à Noiraigue dans les années 1980

SOS Chats a recueillis plus de 3500 chats errants en quarante ans. SOS Chats a recueillis plus de 3500 chats errants en quarante ans.

« À l’époque, des paysans du Val-de-Ruz nous ont proposé de nous payer notre stérilisation ! » C’est avec un soupçon malice dans la voix que Tomi Tomek se souvient de son arrivée à Noiraigue dans en 1981. Cela fait maintenant plus de quarante ans que cette défenseuse des animaux et sa compagne Elisabteh Djordjevic, aujourd’hui décédée, ont fondé SOS Chats.

Le refuge fête son anniversaire ce dimanche. Une manifestation ouverte au public est organisée à Pully dans le canton de Vaud, fief de la marraine de l’association, la comédienne Lauriane Gilléron.

L’occasion pour Tomi Tomek de dresser le bilan de quarante ans d’engagement pour la protection des animaux. Cette femme d’origine allemande et sa compagne ont recueilli au total plus de 3500 chats errants. « Aujourd’hui, ces animaux sont beaucoup mieux acceptés par la population », se réjouit Tomi Tomek. Mais la tâche n’a pas toujours été aisée. « Certaines personnes pensaient au départ qu’on était des sorcières ou des terroristes car on venait de Berlin. Mais petit à petit les gens ont compris que l’on essaye simplement de donner une fin de vie heureuse aux chats que l’on recueille », raconte Tomi Tomek.

Tomi Tomek revient sur les débuts de SOS Chats: 

Des combats sur le plan politique

Cet anniversaire permet aussi à l’association de revenir sur les nombreux combats menés au niveau politique pour tenter de faire bouger les lignes en faveur des animaux. La plus grande victoire de Tomi Tomek reste, dit-elle, l’interdiction du commerce et de l’importation de peaux de chats et chiens en Suisse en 2008.

Aujourd’hui, elle souhaite voir les chats errants ainsi que d’autres espèces comme les renards être supprimés de la liste des animaux nuisibles en Suisse.

Tomi Tomek s'est battue pour l'interdiction du commerce de peaux de chats: 

Tomi Tomek compte bien continuer de s’occuper de son refuge et de ses chats aussi longtemps qu’elle le pourra. Mais elle pense aussi à la relève et souhaite un jour remettre les clés de SOS Chats à l’une des membres de son équipe, qui suit actuellement une formation de comportementaliste pour chats et souhaite se perfectionner notamment dans la recherche de fonds. /ara


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus