Les Neuchâtelois : des constructeurs de ponts

Le textile, l’absinthe, l’architecture ou la restauration conservation. Le savoir-faire neuchâtelois ...
Les Neuchâtelois : des constructeurs de ponts

Le textile, l’absinthe, l’architecture ou la restauration conservation. Le savoir-faire neuchâtelois est vaste. Il s’est présenté le temps d’un week-end, à l’occasion des 28es Journées européennes du patrimoine

Le pont de Biaufond, le premier à traverser le Doubs entre la France et le canton de de Neuchâtel a été érigé en 1881. (Photo : M. Grünig) Le pont de Biaufond, le premier à traverser le Doubs entre la France et le canton de de Neuchâtel a été érigé en 1881. (Photo : M. Grünig)

Tour d’horizon du faire et du savoir-faire neuchâtelois, ce week-end, à l’occasion des 28es Journées européennes du patrimoine. Quinze lieux sont à l’honneur samedi et dimanche dont le vieux bourg du Landeron, les pyramides du collège du Mail, le temple de Môtiers et différents musées.

Un savoir-faire peut-être plus méconnu en terres neuchâteloises fait l’objet d’une promenade commentée : les ponts sur le Doubs.

Jusqu’au 19e siècle, c’est en bateau ou en bac qu’on traverse la rivière franco-suisse. Le premier pont, celui de Biaufond, est érigé en 1881, celui de la Rasse en 1893 et 1908. Guide « nature et patrimoine, Maurice Grünig explique pourquoi il a fallu attendre si longtemps pour voir une première passerelle enjamber le Doubs :

Une fois les matériaux acheminés au bord du Doubs, il faut les assembler. Un travail titanesque :

S’ils facilitent les échanges de part et d’autre de la frontière, les ponts peuvent aussi représenter une faiblesse en temps de guerre :

Cette balade au fil des ponts du Doubs devrait être intégrée au programme des activités du Parc régional du Doubs, dès le printemps prochain. /cwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus